Keys AM.gif

  La Next Generation et ses gestionnaires de fortune

Par : edicom

Credit suisse publie un rapport consacré à une génération sur le point de recevoir l’héritage familial et d’assumer les responsabilités qui y sont associées. Analyse de ce que signifie ce changement générationnel pour le secteur de la gestion de fortune. 

En association avec la Young Investors Organization (YIO, composée de la prochaine génération de quelques-unes des plus grandes familles d’entrepreneurs au monde), Credit suisse publie aujourd’hui un nouveau rapport : « Créer un monde avec la Next Generation ».

Il présente les préoccupations, les attentes et les aspirations de cette nouvelle génération (« Next Generation ») qui va progressivement prendre en charge l’héritage familial et analyse ce que signifie ce changement générationnel pour le secteur de la gestion de fortune.

Alors que la Next Generation doit progressivement prendre en charge son héritage familial, le rapport « Créer un monde avec la Next Generation » étudie leurs préoccupations, attentes et aspirations, ainsi que ce qu’ils attendent de leur gestionnaire de fortune. Le rapport s’appuie sur plus d’une décennie de collaboration entre Credit suisse et la YIO, un réseau d’héritiers de familles d’entrepreneurs à travers le monde. L’enquête, menée auprès des membres de la YIO dans le monde entier et incluse dans le rapport, révèle les opinions de la Next Generation sur la famille, l’entreprise, la fortune et l’héritage.

« Créer un monde avec la Next Generation » met notamment l’accent sur les sujets suivants :

La Next Generation désire avoir une discussion intergénérationnelle plus soutenue. Plus de la moitié des personnes interrogées souhaitent discuter plus ouvertement des questions de fortune (59%) et plus des deux tiers (68%) déclarent que le recours à plus d’outils de communication serait bénéfique pour leurs familles. 

La Next Generation est majoritairement intéressée par les solutions à impact mais n’investit pas dans ces solutions. L’étude a établi que l’investissement durable et à impact est la classe d’actifs que la Next Generation connaît le moins, avec 56% de ses représentants affirmant posséder de faibles connaissances sur ces placements et seulement 8% déclarant d’excellentes connaissances. 

La Next Generation transformera le métier de gestionnaire de fortune, le faisant passer d’un rôle strictement basé sur le savoir-faire financier à une fonction plus large de « chef d’orchestre de réseau » dans toutes les phases de la vie. 41% des personnes interrogées ont précisé qu’elles souhaitent bénéficier d’un conseiller personnel pour les aider à identifier ou à répondre à leurs besoins non financiers. Selon la Next Generation, une « relation étroite » serait la première qualité recherchée dans un gérant de fortune, alors que seulement 4% jugent une fine maîtrise du numérique comme déterminante.

Par « Next Generation », le rapport fait référence à la génération des héritiers destinés à prendre les rênes d’une entreprise fondée par leurs parents ou leurs aïeux, ou à ceux qui devraient hériter d’au moins une partie de la fortune accumulée par les générations précédentes.

 Au travers d’une compilation d’articles, d’interviews et d’études de cas avec des experts de la finance et de la gestion de fortune, des universitaires de premier plan et des membres de grandes entreprises familiales, le rapport « Créer un monde avec la Next Generation » vise à donner la parole à cette Next Generation au moment où elle se prépare à transformer le sens de la fortune.

Enfin, le rapport lance un débat important pour le secteur de la gestion de fortune pour savoir comment répondre aux nouvelles exigences de sa future clientèle.

  • Mise à jour le : 16/05/2019

Vos réactions