Banniere conference seb.gif

  Classement Eduniversal: l’IMPI toujours en tête

Par : Benoît Descamps

Le classement Eduniversal des meilleurs bac +5 en gestion de patrimoine a livré son verdict : la formation dirigée par Eric Pichet conserve son trône. Les formations de Clermont-Ferrand et de Dauphine complètent le podium.

Comme chaque année, Eduniversal a réalisé son classement SMBG des meilleures formations de niveau bac +5 (www.meilleurs-masters.com). Parmi les 66 palmarès publiés et les 917 formations, se trouve la gestion de patrimoine qui dispose d’un classement sur vingt formations.

Du changement dans le trio de tête

Comme depuis plusieurs années, c’est la formation de l’IMPI de Kedge Business School Bordeaux, dirigée par Eric Pichet qui obtient la première place (cf. Profession CGP n° 36, de janvier-février-mars, pages 60 et suivantes).

En revanche, le master de Clermont-Ferrand (IAE Auvergne) gagne un rang et se positionne à la deuxième place du classement, place occupée l’an passé par le master spécialisé de l’ESCP Europe. Ce dernier recule même de deux rangs, puisqu’il est cette année devancé par le master gestion de patrimoine banque privée de l’université Paris-Dauphine, classé 4e l’an passé.

Dans la suite du classement, nous retrouvons de grands habitués : les masters de l’IAE de Caen, de l’IAE Gustave Eiffel ou encore le MS de Skema Business School.

Trois critères majeurs

Différents critères ont été utilisés pour établir ce classement. La notoriété de la formation, le salaire de sortie et le retour de satisfaction des étudiants sont les trois principaux. Pour cela, Eduniversal se rapproche des écoles et universités, mais également des entreprises du secteur, ainsi que des étudiants.

En effet, la notoriété est évaluée par les entreprises ; les salaires et débouchés font alors l’objet d’une enquête réalisée par les consultants de l’agence Eduniversal. Et s’il n’a pas été possible d’interroger les étudiants une note moyenne sur ce critère est attribuée au programme.

Le critère de notoriété

Le critère de notoriété dépend de deux éléments principaux :

- la marque de l’établissement qui gère la formation ;

- et le rayonnement et la reconnaissance de la formation dans son secteur d’activité ou son environnement professionnel.

Ce critère s’apprécie en fonction de deux éléments à savoir le nombre de demandes d’admission émanant des étudiants et l’intensité de celles-ci (pour cela Eduniversal s’appuie sur l’expertise de ses consultants en orientation et sur l’expérience des étudiants) et le niveau de reconnaissance des DRH et ce, relativement aux autres formations du même type.

Une enquête est ainsi envoyée à environ 1 000 professionnels des ressources humaines, mais aussi à des recruteurs plus spécialisés.

Des points sont alors attribués à chaque formation : 5 points pour les deux premières ; 4 points pour les 3 suivantes ; 3 points pour les 6e à 9e, deux points pour les 10e à 14e et 1 points au-delà.

Le salaire de sortie

Le salaire de sortie est évalué grâce aux informations obtenues auprès des écoles et des universités. Lorsque l’agence observe un décalage trop important entre les salaires communiqués par un programme et ceux indiqués par les autres formations, elle procède à des vérifications et rectifie les salaires pour plus de cohérence.

Depuis l'enquête 2014, les jeunes diplômés des masters concernés sont également interrogés pour évaluer l'exactitude de ces informations. Des points sont attribués selon les salaires annoncés, avec une différenciation entre masters et MBA, le niveau de salaire à la sortie étant plus élevé pour les MBA. Par exemple, 5 points sont attribués pour les salaires de titulaires d’un MBA s’ils dépassent 75 000 euros ; alors que le niveau est ramené à 40 000 euros pour un master.

Le retour de satisfaction

Le critère « retour de satisfaction » vise à mesurer si la formation permet de « faire avancer les participants du programme dans leurs projets et dans la réalisation de leurs objectifs ». Pour cela, les formations ont dans leur grande majorité fourni la liste de leurs promotions accompagnée des coordonnées de chaque étudiant. Une note est calculée à partir du moment où 20 % d’entre eux, au moins, répondent à l’enquête (avec un minimum de 5 personnes pour les promotions de moins de 25 étudiants).

Dans le cas où aucune liste d’étudiants n’est fournie, une note de 2,5/5 est automatiquement attribuée. Si le quota de 20 % des étudiants n’est pas atteint, une note de 3,5/5 est automatiquement attribuée à la formation. Ce questionnaire comporte 11 questions sur la satisfaction globale de l’étudiant, sur le programme, le corps professoral, les moyens mis à disposition… Six niveaux de réponse sont offerts : très satisfait (5 points), satisfait (4 points, moyennement satisfait (3 points)…

Notons qu’un système de « points bonus » a été mis en place. Il vise à favoriser, par exemple, les formations ouvertes sur l’international et les formations accordant une importance à la formation continue.

Un classement, deux lectures

Deux niveaux de classement sont proposés. Le premier est classique : 1er, 2e, 3e… Le second est un classement par étoile qui permet de mesurer les écarts entre chaque programme.

En effet, il est établi en fonction de la note finale obtenue par la formation :

- 4 étoiles pour note finale entre 12 et 15.

- 3 étoiles de 9 à 11,99 ;

- 2 étoiles de 6 à 8,99 ;

- 1 étoile note finale de 1 à 5,99.

  • Mise à jour le : 23/06/2017

Vos réactions