Une vraie révolution ?

De chaque crise naissent des opportunités. Tous les acteurs du marché de l’investissement s’accordent sur ce point. Mais comment en profiter ? S’ils ne sont pas revenus à leur niveau d’avant-crise, les marchés financiers ont rapidement rebondi après un trou d’air marqué, bien aidé par les banques centrales. Pour certains, les valorisations sont même redevenues élevées, mais les disparités sectorielles restent fortes. Les effets de la crise post-Covid donneront de la volatilité à des marchés qui oscilleront au gré de phases de hausses et de baisses marquées. Le market timing étant un jeu dangereux, l’investissement progressif reste la solution adéquate pour s’exposer.
Car la liquidité est une caractéristique dont ne jouissent ni le capital-investissement ni l’immobilier, ce qui pour certains en fait des marchés moins risqués. A contrario, les valorisations de ces actifs vont, elles aussi, fluctuer : des opportunités seront donc à saisir par des acteurs plus qu'impatients de se libérer du cash. Sur ces marchés, le temps d’attente apparaît comme un bon allié à la prise de décision… A condition de savoir arbitrer à un moment donné !

Dans chaque domaine, la crise a accéléré des tendances – digitalisation du commerce et des échanges, télétravail, fragilité de certains modèles, etc.  –, que tout investisseur doit prendre en compte. Mais dans quelles mesures ? En attendant, la crise n’a pas révolutionné nos rapports sociaux : toute la profession serait ravie de pouvoir se rassembler à nouveau lors des grands événements qui se bousculent déjà en cette fin d’année.