BANNIERE_GFP19_940x90-SITE-PCGP.gif

  Les gérants espèrent beaucoup des actions européennes

Par : edicom

Lors de deux conférences récentes, Georg Schuh, Chief Investment Officer EMEA de Deutsche Bank et Daniel Morris, stratégiste de BNP Paribas Asset Management, et Thierry Créno, responsable Multi Asset Solutions France de BNP Paribas AM, ont présenté leurs perspectives pour le second semestre 2017.

Si les experts des deux maisons s’accordent sur la hausse des actions européennes et celles des pays émergents, tout en restant sélectifs sur les pays et les valeurs, Georg Schuh apparaît plus positif sur la hausse que ses confrères de BNP Paribas AM qui restent prudents.

Du côté des actions, Deutsche AM privilégie les marchés émergents et l’Europe (l’Allemagne plus spécifiquement). « Il est difficile de dire aujourd’hui quels seraient les facteurs qui pourraient venir mettre fin au cycle actuel », explique Thomas Schüssler, co-responsable mondial de la Gestion actions. « Et inversement, nous n’identifions, à date, aucun signe susceptible de conduire à une correction prolongée du marché. »

Des marchés obligataires peu attractifs

Sur le volet obligataire, Deutsche AM a révisé ses vues à la baisse sur la dette souveraine américaine : à 2,6 % pour les obligations à 10 ans et de 3,1 % sur les souveraines à 30 ans.

Bill Chepolis, responsable du Fixed Income pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique a déclaré au sujet des obligations allemandes : « La vigueur de la croissance économique en zone euro et l’acheminement vers une réduction progressive des programmes d’achat d’actifs par la Banque centrale européenne devraient venir soutenir les rendements des obligations fédérales allemandes ».

Sur la dette souveraine, tout l’enjeu réside désormais dans la raréfaction des opportunités d’investissement dans l’univers traditionnel des obligations d’Etat, même si certains pays émergents offrent encore de belles promesses.

Du côté des marchés émergents, Deutsche AM s’intéresse plus particulièrement aux marchés asiatiques.

Des indices encore indécis

Depuis plus de deux mois (fin avril 2017), deux grands indices oscillent en faisant des allers et retours. C’est ainsi que le DJ Eurostoxx 50 se situe entre 3450 et 3660 points et que le CAC 40 varie entre 5150 et 5400 points.

Depuis fin juin 2017, des trous d’air on fait baisser ces deux indices légèrement en dessous de leurs planchers. Cette baisse pourrait être mise à profit pour se renforcer.

  • Mise à jour le : 11/07/2017

Vos réactions