MNK ONE - juin PCGP.gif

  L’ancien préféré à plus de 80 % par les primo-accédants

Par : Paola Feray

A la lecture du baromètre mensuel des taux dressé par Cafpi pour le mois de novembre, on apprend que 80,84 % des primo-accédants achètent dans l’ancien. Pour les accédants, ce chiffre est porté à 91,25 %. Effet Pinel ou préoccupations fiscales, avant la date butoir du 31 décembre, les investisseurs font un retour remarqué sur le marché.

La situation des primo-accédants se dégrade encore un peu plus. Celle des investisseurs, au contraire, semble s’améliorer… La résidence principale représente 87 % des acquisitions, contre 88 % le mois précédent. L’investissement locatif gagne deux points, tandis que les résidences secondaires s’enfoncent encore un peu plus.

Atonie chez les primo-accédants

Parmi les acquéreurs, la proportion de primo-accédants s’amenuise encore. Il faut dire que les nouvelles conditions d’octroi du prêt à taux zéro (PTZ), plus favorables, ne sont en vigueur que depuis le 1er octobre. C’est trop récent pour que les premiers effets se fassent sentir. Ils consacrent 4,77 années de revenu à leur achat, contre 4,66 le mois précédent. Ils empruntent en moyenne 173 029 € sur 233 mois, contre 171 000 euros sur 231 mois en septembre.

Effet Pinel chez les investisseurs ?

Un frémissement apparaît du côté des investisseurs, dont la proportion passe de 10 à 12 % des demandeurs de prêt chez Cafpi au cours du mois d’octobre. Il est encore trop tôt pour en déterminer la cause : préoccupations fiscales traditionnelles de la rentrée ou premiers effets du dispositif Pinel, remplaçant le Duflot depuis le 1er septembre ? La réduction d’impôt Pinel est plutôt favorablement accueillie, notamment en raison de sa plus grande souplesse et de la possibilité ouverte aux investisseurs de louer à leurs ascendants et descendants. Une faculté toutefois contestée lors des débats de la loi finances 2015 à l’Assemblée nationale. Sera-t-elle définitivement maintenue ? Réponse dans quelques semaines…

  • Mise à jour le : 21/11/2014

Vos réactions