PCGP  TERRESENS-940x90 oct dec 2019.gif

  Baromètre Cardif, les CGP de plus en plus connus

Par : edicom

Comme chaque année avant Patrimonia, BNP Paribas Cardif publiait les résultats de son Baromètre du marché des CGP et de leurs clients réalisé auprès de 303 CGP et 501 clients patrimoniaux (disposant d’une épargne financière supérieure à 75 000 euros – 11 % des Français), dont 251 clients de CGP. Cette treizième édition était centrée sur trois axes : la loi Pacte, l’ISR et la digitalisation.

En préambule, Pascal Perrier, directeur réseaux CGP, courtiers et e-business de BNP Paribas Cardif France, rappelait que la profession estime bien se porter (82 % des CGP ont des perspectives de développement à 5 ans) et que la notoriété de la profession s’est accrue durant l’année écoulée : « les efforts de communication de la CNCGP et de l’Anacofi ont porté leurs fruits », souligne-t-il. En effet, 68% des clients patrimoniaux connaissent la profession de CGP, contre 55 % un an plus tôt, et 59 % indiquent que leur nombre de clients est en hausse (4 % avouent une baisse).

S’agissant de la loi Pacte, il apparaît que les professionnels aborde les mesures comme une opportunité pour développer leur activité retraite auprès des particuliers (70 %) et de contacts supplémentaires avec les clients (70 %), mais aussi auprès des entreprises (60 %). 54 % pèsent ainsi que la loi Pacte va avoir un effet bénéfique sur leur collecte. En revanche, la clientèle patrimoniale reste peu au fait de ces mesures : seuls 10 % en connaissent les grandes lignes. Ainsi, si l’épargne retraite reste un objectif majeur de la clientèle des CGP (composée d’un tiers de retraité) à 31 %, après l’assurance-vie (42 %) et la fiscalité (59 %) ; 68 % d’entre eux ne compte pas changer leurs habitudes d’épargne. « Le plan d’épargne retraite restera un produit de masse, mais, pour les clients patrimoniaux, très complexe sur le plan fiscal, financier et patrimonial. Le conseil du CGP sera essentiel. »

En matière d’ISR, plus d’un quart des clients considèrent l’ISR comme un de leurs principaux critères de choix en matière d’assurance-vie, à l’inverse des CGP...

Enfin, les solutions digitales sont largement utilisées par les CGP et 69 % d’entre eux estiment qu’elles sont satisfaisantes. Du côté de leurs clients, 61 % sont prêts à effectuer des transactions en ligne, un niveau qui atteint 77 % chez les moins de 50 ans.

  • Mise à jour le : 13/09/2019

Vos réactions