Patrimonia_banniere_17_940X90.gif

  Décès accidentel d’Hubert Rouy : Geneviève Rouy nommée à la tête du groupe Sorefi

Par : Paola Feray

Hubert Rouy avait créé le groupe Sorefi en 1976

C’est entourée de la direction générale actuelle et de ses six enfants qui occupent tous des postes de responsables que Geneviève Rouy reprend les rênes du groupe immobilier bourguignon Sorefi. La continuité des activités est donc assurée d’être pérenne même au sein de ses filiales, les sociétés Seger et les résidences avec services pour seniors Villas Médicis.

La nouvelle de la mort soudaine d’Hubert Rouy à 69 ans avait créé surprise et tristesse dans le milieu des promoteurs immobiliers. Le président du groupe Sorefi créé il y a une quarantaine d’années et actif dans différents projets immobiliers haut de gamme dans tout l’Hexagone avait perdu la vie samedi 16 juillet dans sa résidence secondaire en Saône-et-Loire, située à Saint-Symphorien-de-Marmagne, entre Autun et Le Creusot. Cet après-midi là, la tondeuse autoportée sur laquelle se trouvait le dirigeant du groupe Sorefi s’est retournée sur le terrain en pente, l’entraînant dans sa chute et le bloquant sous la machine. En dépit de tous leurs efforts, les équipes de secours n’avaient pu ranimer Hubert Rouy en arrêt cardiaque.

Un homme d’affaires aguerri

Marié, père de six enfants et grand-père de douze petits-enfants, l’homme d’affaires dijonnais était issu de la célèbre famille de fromagers Rouy, aujourd’hui propriété du groupe laitier Lactalis. Hubert Rouy s’était lancé dans l’immobilier en 1976 en créant le groupe Sorefi, à Dijon. Le développement s’était accéléré autour de trois pôles : le pôle immobilier qui regroupe les sociétés de promotion immobilière, de gestion, de syndic de copropriétés et de transactions immobilières (société Seger), le pôle des résidences avec services pour seniors (Villas Medicis) et le pôle viticulture, avec la propriété de deux domaines viticoles (le château d’Ollières, en Provence, qu’Hubert Rouy gérait avec son fils Charles depuis 2003, et le château Escot, au cœur du Médoc, que le promoteur avait racheté en 1991).

Hubert Rouy portait un attachement tout particulier au concept Villas Médicis qu’il avait créé en 1991 lors du lancement de la première résidence services seniors à Dijon et dont il n’était pas peu fier. Il tenait à « faire de la vieillesse une belle aventure », avec comme maître-mot « servir et honorer nos aînés dans le respect et la dignité ». Toujours ambassadeur de cette marque, fervent défenseur de son concept où l’humain était au centre de toutes ses préoccupations, il a fait des résidences services Villas Médicis une filiale appelée à gérer, à fin 2016, plus d’une dizaine de résidences, soit un total supérieur à 1 300 appartements.

Une succession dans la continuité

Aujourd’hui, c’est son épouse Geneviève Rouy, issue de la famille de Mollerat du Jeu, qui reprend la présidence du groupe Sorefi, comme le stipulaient les dispositions qu’Hubert Rouy avait prises. La nouvelle présidente sera accompagnée par l’actuelle direction générale et ses six enfants qui occupent des postes de direction au sein du groupe depuis plus de dix ans, afin de « poursuivre ensemble, dans la continuité, toutes les activités du groupe », comme le souligne le communiqué diffusé ce matin du groupe Sorefi.

  • Mise à jour le : 27/07/2016

Vos réactions