banner.gif

  Le groupe hôtelier Maranatha placé en redressement judiciaire

Par : Paola Feray

Mercredi 27, la nouvelle a fait l’objet d’une bombe dans le landernau des investisseurs en parts d’hôtels : le tribunal de commerce de Marseille a décidé d’ouvrir une procédure de redressement judiciaire, uniquement pour la société Maranatha SAS (holding qui réunit certaines fonctions supports du groupe). Mais « Maranatha Gestion Hôtelière poursuit la gestion de ses hôtels », fait savoir le groupe dans un communiqué.

Pour mémoire, le groupe Maranatha, société de gestion d’actifs dans l’hôtellerie haut de gamme et de luxe, intègre l’ensemble des métiers de la chaîne de valeur de l’hôtellerie, allant de l’investissement financier à la gestion, en passant par la rénovation ; le groupe Maranatha lève des fonds pour investir dans des hôtels, qu’il rénove et exploite dans une perspective de création de valeurs.

Cette décision du tribunal de commerce implique pour « les investisseurs, détenant des parts des hôtels du groupe, un gel de la liquidité des rachats de leurs titres. Toutefois, cette procédure n’affecte absolument pas la gestion de tous les hôtels Maranatha gérés par l’entité Maranatha Gestion Hôtelière, peut-on lire dans le communiqué dont s’est fendu le groupe en fin de soirée, hier, afin de rassurer « Les investisseurs [qui] restent pleinement propriétaires de leurs actifs qui continuent à être valorisés ». Des investisseurs qui sont près de 6 000 à détenir des parts d’actifs hôteliers, selon le groupe.

Pour pallier dans les plus brefs délais ce problème de liquidité, Maranatha entend « poursuivre activement sa restructuration financière déjà bien entamée. Ses échanges avec différents fonds vont lui permettre de finaliser un partenariat financier en cours pour son pôle hôtelier historique et de créer une seule foncière hôtelière avec son pôle Hôtels du Roy (5 hôtels du triangle d’or parisien et 1 à Nice) ».

Le groupe compte faire appel

Maranatha souhaite associer tous ses investisseurs à sa restructuration financière et s’engage à créer un comité d’investisseurs dans les tout prochains jours.

S’agissant de la décision de redressement judiciaire pour Maranatha SAS, le président du groupe hôtelier, Olivier Carvin, « n’exclut pas de faire appel de la décision car la société, comme l’atteste le rapport d’audit financier d’EY, n’est pas en cessation de paiement au jour du jugement. Et dans le cas contraire, Maranatha s’engage à présenter un plan de continuation très rapidement ».

Pourtant, le chiffre d’affaires dévoilé le 6 septembre dernier laissait entrevoir une reprise des bénéfices : « le Groupe Maranatha […] affiche de beaux résultats pour cette saison estivale 2017. Avec un parc de 60 hôtels répartis sur un axe Paris, Grand Sud et montagne, le groupe enregistre une croissance de près de +7 % de son chiffre d’affaires sur les mois de juillet et août 2017. Ainsi, les résultats de l’été confirment la reprise de l’activité observée depuis la fin de l’année 2016 », pouvait-on lire alors dans le communiqué du groupe, qui « devrait clôturer son exercice 2016-2017 au 30 septembre prochain avec de beaux résultats. La projection prévoit, en effet, une croissance positive de + 74,4 % de l’EBITDA [excédent brut d’exploitation, nldr] et de + 21,9 % du GOI [marge d’exploitation, ndlr]. Des chiffres qui laissent présager une réelle reprise de l’activité au sein des hôtels du groupe Maranatha. […] la projection établie à fin septembre pour l’année 2016-2017 enregistre une performance de CA en progression de +8,1% pour s’établir à 126,6 M€ par rapport à l’exercice précédent. […] La stratégie du groupe mise en place depuis 18 mois démontre par les chiffres qu’elle porte ses fruits et s’inscrit dans un plan à cinq ans pour continuer le développement de ses performances… »

La période d’observation ouverte du groupe Maranatha est de six mois, c’est-à-dire jusqu'au 27 mars 2018.

 

 

  • Mise à jour le : 28/09/2017

Vos réactions