Gigabanniere Senioriale 12 oct 30 au nov 2017.gif

  Quatre diplômes en gestion de patrimoine à Nantes

Par : Benoît Descamps

L’IAE Nantes-Economie et management a élaboré une offre de formations en gestion de patrimoine autour de quatre diplômes : un master et trois DU (diplômes universitaires). Objectif : satisfaire l’ensemble des publics professionnels confirmés ou non et étudiants.

A l’IAE Nantes-Economie et management, quatre formations en gestion de patrimoine sont proposées et coordonnées par Nicolas Rautureau. Il s’agit :

- du master Gestion de patrimoine, parcours conseil et ingénierie du patrimoine, dont les responsables pédagogiques sont Nicolas Rautureau, Benoît Sévi (master 1) et Gérard Chabot (master 2) ;

- du DU Conseiller en gestion de patrimoine, de niveau bac + 5, sous la responsabilité pédagogique de Nicolas Rautureau et Etienne Moreau ;

- du DU Gestion du patrimoine du dirigeant d’entreprise, de niveau bac + 5, placé sous la responsabilité pédagogique de Stéphane Gérard ;

- du DU Conseiller patrimonial, de niveau bac + 3, dispensé uniquement en formules intra-entreprises, sous la responsabilité de Nicolas Rautureau et Renaud Berthou.

Un master en deux années

Le master Gestion de patrimoine, parcours conseil et ingénierie patrimoniale, a été créé en 2004. Depuis septembre dernier et la refonte de sa maquette, ce master est placé sous la responsabilité conjointe de l’IAE Nantes-Economie & Management et de la faculté de Droit et des sciences politiques afin d’apporter une dimension davantage équilibrée au diplôme entre les aspects financiers et juridiques. Ce qui explique également le changement de la mention du diplôme, passant de « Finance et affaires internationales » à « Gestion de patrimoine ». « A terme, nous souhaitons que les promotions soient constituées à 50 % de financiers et 50 % de juristes, relève Nicolas Rautureau, responsable des diplômes en gestion de patrimoine. Dans cette formation, nous abordons la gestion de patrimoine dans toutes ses dimensions afin de sécuriser le conseil délivré au client final. Ce co-portage du diplôme nous confère davantage de visibilité, notamment pour les étudiants en droit, et renforce l’équilibre entre les différentes matières. »

Les enseignements couvrent sur les deux années l’ensemble du spectre de la gestion de patrimoine : économie, finance, fiscalité, prévoyance, patrimoine professionnel, environnement international… Ils sont davantage théoriques lors du premier semestre, puis plus intégrés lors du second semestre où sont abordées les dimensions de conseil et de stratégie, les stages et mémoires. En deuxième année, les étudiants suivent des enseignements d’approfondissement, avec un cours sur le droit des personnes protégées, par exemple.

Le corps enseignant est constitué à 60 % de professionnels qui exercent dans des établissements bancaires ou financiers, des cabinets de CGPI ou des offices notariaux. Notons que les étudiants passent également la certification AMF en master 2, indispensable pour exercer certaines fonctions, et ils ont accès au projet Voltaire pour la maîtrise de l’expression écrite. Le diplôme est également davantage orienté sur une formation sur deux ans.

En effet, le gros des effectifs est intégré en master 1 pour aboutir jusqu’à la délivrance du master 2. En deuxième année de master, il ne s’agit donc que de recrutements ponctuels. L’accès à la formation se fait principalement en formation initiale, quelques étudiants en formation continue suivant également le cursus. « Cela contraint le professionnel à se libérer durant six mois, ce qui est donc assez rare. C’est pourquoi nous avons lancé les DU », relève Nicolas Rautureau. Les étudiants arrivent d’horizons divers : financiers, juristes principalement mais aussi de la comptabilité ou de grandes écoles. Ils doivent par ailleurs démontrer leur sens du contact et leur ouverture d’esprit aussi bien sur la dimension commerciale de la profession que pour ses aspects d’ingénierie. La sélection se fait donc sur dossier et entretien de motivation.

En formation initiale classique, les étudiants réalisent un stage long de trois à cinq mois en master 1 et d’au moins quatre mois en master 2 (généralement six mois). « Cela permet aux étudiants d’aborder et suivre des dossiers patrimoniaux de A à Z. Et ils arrivent en stage avec l’ensemble des compétences techniques nécessaires. De leur côté, les établissements peuvent les avoir à disposition de manière continue ».

Un forum des stages qui se déroule chaque année en octobre permet aux étudiants d’approcher de potentiels employeurs puisque de nombreux établissement s’y présentent, aussi bien des établissements bancaires que des cabinets de CGPI. Chaque année, environ vingt-cinq étudiants suivent la formation, dont le coût se limite aux droits universitaires en formation initiale (moins de 400 euros par an, sécurité sociale incluse), 4 260 euros en formation continue.

Trois DU pour accueillir les professionnels

Les diplômes d’université ont été créés pour faire face à l’importante demande en formation continue. « Nous avons privilégié ce format car la façon d’enseigner est différente lorsqu’on s’adresse à un public de professionnels et qu’il convenait de mettre en place une organisation adaptée à leurs contraintes professionnelles. Un intérêt fort de cette formule consiste également à se créer un réseau », note Nicolas Rautureau.

En 2008 et 2009 ont donc été lancés les DU conseiller en gestion de patrimoine et DU Gestion du patrimoine du dirigeant d’entreprise. Le troisième et dernier diplôme universitaire ouvert en 2015, de niveau bac + 3, dure une quinzaine de jours. Il est dispensé uniquement en formule intra-entreprise et répond à la demande des établissements bancaires qui cherchent une première spécialisation pour leurs salariés.

Le DU Conseiller en gestion de patrimoine est désormais habilité au RNCP de niveau 1. « Il s’agit d’une formation sur les fondamentaux de la gestion de patrimoine, donc généraliste et destiné aux conseillers qui sont essentiellement au contact d’une clientèle de particuliers et de professions libérales, artisans et commerçants », indique Nicolas Rautureau. La formation se déroule sur dix sessions de trois jours, soit un total de 219 heures, de janvier à décembre. La formation s’adresse à des banquiers, CGPI, assureurs essentiellement, même si quelques notaires, experts et avocats viennent également suivre la formation. Chaque année entre douze et vingt personnes s’inscrivent à ce diplôme. Le coût est fixé à 3 800 euros.

Le DU Gestion du patrimoine du dirigeant d’entreprise s’adresse comme son nom l’indique aux conseils des chefs d’entreprise. Ici le fil rouge de la formation est le patrimoine du chef d’entreprise avec ses problématiques particulières telles que la gouvernance de l’entreprise familiale, l’immobilier d’entreprise, le pacte Dutreil, l’optimisation de sa rémunération… Au total, la formation dure 219 heures. Le prix de ce DU a été fixé à 4 260 euros. Ici, les enseignements et examens se déroulent entre les mois d’octobre et de juin (13 séminaires).

L’accès à ces formations nécessite d’être titulaire d’une formation de niveau bac + 4 ou via la validation des acquis. Cela peut être le cas d’un professionnel disposant d’un bac +2 et de sept années d’expérience.

Si le professionnel dispose des deux DU à bac +5 et qu’il rédige un mémoire, il peut valider le master en équivalence via la VES (validation des enseignements supérieurs). « Certains suivent même les deux formations durant l’année », observe Nicolas Rautureau.

  • Mise à jour le : 25/10/2017

Vos réactions