Comgest_Monde_940x90_FR.gif

  Raymond James rouvre les souscriptions pour son fonds Microcaps

Par : Benoît Descamps

Comme bien d’autres fonds de petites capitalisations, le FCP Raymond James MicroCaps (part A : ISIN FR0010544791 et part I : FR0011672757) avait été fermé aux nouvelles souscriptions le 29 décembre 2016. Suite à une modification de son prospectus, il est rouvert depuis le 24 mai dernier. En effet, le seuil de réouverture des souscriptions est passé de 55 millions à 70 millions euros d’actifs nets du fonds, et le seuil de fermeture des souscriptions de 60 millions à 80 millions d’euros.

Investi dans des petites capitalisations européennes (moins de 300 millions d’euros), principalement françaises, le fonds vise une performance annualisée supérieure à 7 % sur un horizon de cinq ans minimum. Créé en décembre 2007 et géré par Louis de Fels (à gauche) et Edwin Faure (à droite), ce fonds s’appuie sur un processus d’investissement dénommé la gestion thématique transversale, qui consiste à sélectionner les valeurs en fonction des dynamiques macroéconomiques mondiales, lesquelles sont exploitées via trois ou quatre grands thèmes d’investissement. Ces thèmes sont suggérés par l’analyse économique et validés par un comité d’orientation thématique bimestriel composé d’une quinzaine de professionnels des marchés (économistes, gérants, stratégistes, universitaires) et d’intervenants ponctuels (journalistes, analystes géopolitiques et industriels).

Actuellement, ces thèmes sont :
- la régionalisation de la croissance (thème actuellement surpondéré dans le portefeuille) : les gérants recherchent les sociétés tirant partie de l’amélioration de la croissance mondiale actuellement homogène mais tout en faisant attention à leur exposition au prix des matières premières, et évolutions des marchés de taux et des changes ;
- l’économie de services (digital/disruption) : à savoir les titres bénéficiant de la transition vers l’économie de services et qui ont la capacité de révolutionner les anciens modèles économiques ;
- et les situations spéciales : sociétés opérant des scissions d’activité, de la croissance externe ou encore changeant de management.

Notons qu’un quatrième thème est actuellement mis en parenthèses, la reflation qui consiste à sélectionner des entreprises ayant la capacité d’imposer une hausse de leurs prix (pricing power).

Depuis le début de l’année (pour la part I, au 22 mai dernier), le fonds délivrait une performance de +3,10 % après avoir réalisé + 22,41 % l’an passé et +17,94 % en 2016. Sur trois ans, sa performance atteint + 56,27 % avec une volatilité de 6,34 % (source : Quantalys).

Notons que sur les petites capitalisations, Raymond James Asset Management International distribue également le fonds Raymond James Smallcaps géré par le même duo (part C : FR0011759299, + 48,11 % sur trois ans).

  • Mise à jour le : 25/05/2018

Vos réactions