Cerenicimo Giga PCGP conciergerie oct nov 2018.gif

  Vincent Dubois : « Nortia deviendra la première plate-forme indépendante au service des indépendants »

Par : Benoît Descamps

Vincent Dubois, président du groupe DLPK, fait le point sur les opérations en cours avec l’Aprep et Sélection 1818. Il se félicite également de l’arrivée de Didier Roman chez Haas Gestion et de la belle collecte enregistrée par Nortia.

Profession CGP : Vous êtes récemment entré en négociation exclusive pour acquérir l’Aprep. Pour quelles raisons ?

Vincent Dubois : Cette opération s’inscrit dans notre volonté d’offrir plus de services et de produits à nos partenaires : elle va nous permettre de compléter notre offre avec des solutions simples et performantes en matière de prévoyance. Nous nous sommes donné six mois pour déployer cette nouvelle activité, en nous appuyant évidemment sur l’expérience de l’Aprep.

C’est tout naturellement que nous nous sommes positionnés sur cette nouvelle opération. D’abord, parce qu’AG2R La Mondiale est un partenaire historique, avec qui nous entretenons une relation étroite depuis vingt-cinq ans ; ensuite, parce que nos équipes se connaissent bien et s’apprécient : nous partageons avec l’Aprep une grande expérience du marché des CGP – tout comme Sélection 1818 –, et la même vision de notre mission, à savoir l’accompagnement au quotidien de nos partenaires dans le développement de leur activité.

En termes chiffrés, que représente l’Aprep et quelles sont les conséquences pour Nortia ?

V. D. : L’Aprep représente un encours de 2 milliards d’euros pour une trentaine de collaborateurs. Suite aux rapprochements que nous opérons avec Sélection 1818 et l’Aprep, Nortia pèsera plus de 12 milliards d’euros d’encours (9,5 Md€ en assurance et 2,5 Md€ en comptes-titres).

Cela fera de Nortia la première plate-forme indépendante, au service des indépendants. C’est bien sûr un changement de cap en termes d’encours et de taille d’entreprise (près de deux cents collaborateurs) ; mais les valeurs de Nortia resteront les mêmes, et l’engagement pour garantir la satisfaction de nos partenaires n’en sera que plus fort.

Nous sommes également convaincus que ces deux opérations nous aideront encore à mieux défendre la profession, aux côtés des associations.

Comment se déroule le rapprochement avec Sélection 1818 ?

V. D. : Nous attendons encore l’approbation de l’ACPR pour finaliser cette opération. En attendant, nous travaillons main dans la main avec les équipes de Sélection 1818 pour préparer la migration qui devrait intervenir, si tout va bien, fin novembre. Cette période requiert beaucoup d’investissement de la part des collaborateurs des deux entités : nous mettons tout en œuvre pour que nos partenaires ne perdent pas en qualité de service. En parallèle, nous continuons d’étoffer les équipes : nous avons embauché une dizaine de personnes en septembre et nous poursuivons les recrutements.

Quel impact aura la loi Pacte sur votre offre ?

V. D. : Nous suivons cette loi de près. Elle va forcément profiter à l’offre bancaire, compte tenu des évolutions attendues sur le PEA et le non-coté. Mais nous espérons que l’assurance-vie ne sera pas en reste : grâce à des supports innovants, de la gestion conseillée ou encore la nouvelle génération d’euros actifs que nous avons imaginée…

Nous pensons également que l’épargne salariale et la retraite, favorisées par cette loi, sont des sujets intéressants à étudier pour les CGP.

Un mot sur Haas Gestion qui fait également partie de la galaxie DLPK ?

V. D. : L’équipe s’est renforcée en août dernier avec l’arrivée de Didier Roman. Didier a pris la direction de la gamme Actions, composée de trois fonds : Haas Actions Opportunités, Haas Actions Croissance, et plus récemment, Haas Actions Entrepreneurs (fonds Small & Mid Caps éligible au PEA-PME, lancé cet été).

Au-delà de son expertise sur la gestion actions, Didier apporte, aux côtés de Marc Tournier et de Chaguir Mandjee, son expérience à l’ensemble de la société. Cela s’avère particulièrement appréciable dans le contexte difficile que nous vivons cette année : le comportement des marchés en 2018 nécessite de la part des gérants beaucoup de pédagogie auprès des clients pour que la confiance et la stabilité perdurent.

Notre gamme Epargne (fonds flexibles), actuellement constituée des fonds Haas Épargne Patrimoine et Haas Épargne Réactif, devrait aussi s’étoffer d’ici la fin de l’année avec le lancement d’un troisième fonds, plus dynamique.

Nos solutions de gestion profilée (Portfolio Flexi 3, Flexi 4 et Flexi 6) se développent également bien, tant sur les contrats Nortia qu’auprès d’autres plates-formes ou assureurs.

Pourriez-vous faire un point sur votre collecte pour cette année 2018 ?

V. D. : L’année n’est pas encore terminée, mais 2018 s’annonce très satisfaisante sur le périmètre historique de Nortia. Nous devrions enregistrer une collecte en assurance équivalente à celle de l’an passé, soit environ 400 millions d’euros bruts. Et nous sommes en nette progression sur l’activité bancaire, avec plus de 200 millions d’euros de collecte nette à date, contre 150 M€ sur l’ensemble du précédent exercice. Nous expliquons cette hausse de l’activité sur le compte-titres par différents facteurs : la mise en place de la Flat Tax, l’appropriation du produit et de l’outil par nos partenaires, l’augmentation des placements pour les personnes morales (holdings familiales), etc.

Nous attendons avec impatience que les équipes de Sélection 1818 et de l’Aprep nous rejoignent pour poursuivre ensemble cette dynamique en 2019. 

  • Mise à jour le : 30/10/2018

Vos réactions