Banniere conference seb.gif

  Sanso IS lance un fonds buy and hold ISR

Par : Benoît Descamps

Depuis fin décembre, Sanso IS qui a finalisé l’acquisition de Convictions AM et lancé une offre d’épargne salariale en décembre dernier, propose un fonds obligataire buy and hold qui intègre dans sa sélection de valeurs les critères extrafinanciers. Nommé Sanso Objectif Durable 2024, ce fonds se veut très diversifié autour de 80 à 100 lignes, pour un objectif de rendement supérieur à 4 % en l'état actuel du marché (DICI 3). « Alors que les souscriptions en assurance-vie doivent désormais contenir une partie non négligeable d'UC d'environ 30 %, ce fonds se veut être un complément à un fonds en euros, expose François L’Hénoret qui a rejoint Sanso IS en septembre dernier en tant que responsable du développement commercial. Les conditions de marché actuelles nous ont permis de saisir l’opportunité de créer ce fonds de portage puisque le rendement des obligations High yield s’est relevé ces derniers mois. Parallèlement, Sanso Objectif Durable 2024 répond à l’attente de plus en plus forte des investisseurs de donner du sens à leur portefeuille . Le choix de l'échéance 2024 entre en résonnance avec les JO de Paris en 2024 qui ont vocation à être les plus vertueux et responsables de l’histoire. »

Comme tous les fonds de la gamme de Sanso IS, les reportings du fonds comporteront trois cadrans de performance extra-financière :

- un premier relatif à la notation ESG du fonds par rapport à son indice de référence ;

- un deuxième relatif à son exposition vis-à-vis des 17 objectifs de développement durable de l’ONU ;

- et un troisième sur son empreinte carbone.

Sanso Objectif Durable 2024 sera constitué d’obligations corporate de la zone euro, essentiellement High yield et selon les opportunités investment grade. David Kalfon, CEO de Sanso IS, expose :  « Notre volonté est de constituer un portefeuille purement buy and hold et de tenir nos positions à leur terme en s’assurant de toujours trouver le bon équilibre entre rendement et risque pour éviter au maximum les cas de défaut. Toutefois, en cas d’opportunité, nous saurons cristalliser nos plus-values si nécessaire ; et à l’inverse, nous saurons solder nos positions si la situation d’un émetteur venait à se dégrader fortement. La maturité de cinq ans choisie pour ce fonds nous offre suffisamment d’horizon pour délivrer un rendement attractif aux investisseurs sans embarquer trop de risque de taux. »

Notons que 10 % des frais de gestion seront reversé à des associations en faveur de la préservation des océans. « Outre l’impact financier qui peut paraître abstrait pour l’investisseur, le financement d’une de ces deux fondations rend l’impact ISR du fonds encore plus concret pour l’investisseur », indique David Kalfon.

La capacité d’investissement de ce fonds sera limitée à 200 millions d’euros. Les souscriptions au fonds – qui a vocation à être référencé sur toutes les plates-formes CGP - seront ouvertes en permanence.

A fin décembre, Sanso IS qui est né de la fusion entre 360 Hixance AM, Amaïka AM et Cedrus AM, comptait 850 millions d’euros d’encours (y compris les 120 millions d’euros que gérait Convictions AM) dont 45 % proviennent de clients institutionnels et 55 % de clients de cabinets de gestion de patrimoine et family offices. D’ici 2024, l’objectif de la société est d’atteindre entre 2 et 3 milliards d’euros d’encours. Pour y parvenir, la société compte, outre sa gamme de fonds ouverts, poursuivre le développement de son offre de gestion personnalisée qui représente actuellement 350 millions d’euros d’encours (gestion sous mandat, gestion plotée et fonds dédiés) et s’adresser à la clientèle des banquiers privés et multigérants.

La société a également renforcé son dispositif commercial avec le recrutement d’Ugo Demange en provenance de La Financière de l’Echiquier, ce qui porte à quatre personnes l’équipe de distribution animée par François L’Hénoret.

  • Mise à jour le : 04/01/2019

Vos réactions