Banniere LBF pour Profession CGP.gif

  Sanso IS : « Atteindre les 2 à 3 milliards d’euros sous gestion à horizon trois ans »

Par : Benoît Descamps

Sanso Investment Solutions, société issue de la fusion entre Amaïka Asset Management, Cedrus Asset Management et 360 Hixance Asset Management en juillet 2017, est en passe d’acquérir Convictions Asset Management. David Kalfon et Benoît Magnier, respectivement président et directeur général de Sanso Investment Solutions, nous présentent les contours de cette opération qui devrait se conclure au premier trimestre 2019 et leurs projets de développement.

Profession CGP : Pourquoi avez-vous décidé d’acquérir Convictions Asset Management?

David Kalfon : Dans le mouvement de concentration de notre industrie, ce rapprochement vient renforcer notre position en tant qu’acteur rompu aux opérations de fusion. Il nous permet de renforcer notre taille en termes d’encours et vient compléter notre offre de solutions pour chaque typologie de client.

Benoît Magnier : Ce rapprochement a notamment été facilité car Next AM/New Alpha Asset Management, la filiale d’incubation de sociétés de gestion innovantes de la Française Asset Management, était actionnaire, à la création, de Cedrus AM ; elle était  dirigée à l’époque par Nicolas Duban, actuel président de Convictions Asset Management. A l’issue de cette fusion, notre société va se rapprocher du milliard d’euros d’encours.

Quelles sont les modalités de cette opération ?

B. M. : Sanso Investment Solution acquiert 100 % de Convictions Asset Management et Nicolas Duban, actuel président de Convictions Asset Management, devrait réinvestir au capital de Sanso.

Quelles sont les synergies à dégager entre les sociétés ?

D. K. : Il existe des synergies évidentes entre les fonds. Convictions Asset Management va compléter notre savoir-faire en matière de gestion quantitative et, ensemble, nous allons muscler notre gestion diversifiée qui se compose aujourd’hui des fonds Sanso Opportunités et Sanso Patrimoine. En effet, Sanso est une société plutôt connue pour ses produits  en actions (Maxima, Altiflex et Sanso Megatrends) et obligations (Taux Réels Européens et Sanso Short Duration).

B. M. : De notre côté, nous allons apporter à la gestion de Convictions Asset Management notre expertise en matière de gestion ISR, un savoir-faire que nous avons développé de longue date au sein de Cedrus Asset Management, puis diffusée dans l’offre de Sanso IS. Les synergies de clients sont également évidentes, puisqu’il existe peu de frottement entre les deux entités.

Comptez-vous réaliser d’autres opérations de ce type ?

B. M. : Notre marché a besoin de se structurer et nous accompagnons ce mouvement. Aujourd’hui, nos confrères pesant moins de 200 millions d’euros d’encours se posent légitimement des questions au sujet de leur stratégie de développement et de leur rentabilité. Nous sommes prêts à les accueillir si cela fait du sens pour eux comme pour les actionnaires de Sanso IS.

D. K. : Après la fusion entre Amaïka AM, 360 Hixance AM et Cedrus AM, nous avons acquis une bonne expertise sur ce sujet toujours délicat qu’est l’intégration d’hommes et de savoir-faire. Le rapprochement entre ces trois entités s’est bien déroulé, tant sur le plan humain qu’en matière de développement, puisque nos actifs ont continué de croître. En effet, depuis le 1er juillet 2017, nous avons collecté 80 millions d’euros.

Quels sont vos objectifs ?

D. K. : Après la fusion avec Convictions AM, nos encours atteindront 900 millions d’euros, avec une répartition équilibrée entre les clientèles institutionnelles et retail via les conseils en gestion de patrimoine, mais aussi entre gestion de fonds de fonds et gestion en titres vifs.

Nous comptons atteindre les 2 à 3 milliards d’euros sous gestion à horizon trois ans. Pour cela nous disposons d’une offre très diversifiée avec des thématiques fortes et porteuses que sont l’ESG et le développement durable. Ce positionnement « green » séduit de plus en plus les clients qui souhaitent donner du sens à leurs investissements.

B. M. : Cela passe par l’intégration de nouvelles structures, mais aussi par notre développement commercial. Dans ce sens, nous avons récemment renforcé notre équipe avec les arrivées de François L’Hénoret au poste de responsable du développement commercial et de Quentin Calvet, qui sera chargé des relations avec les multi-gérants et les banques privées.

Un de nos objectifs est également de développer à terme un service de gestion privée.

  • Mise à jour le : 08/10/2018

Vos réactions