Banniere conference seb.gif

  Le PTZ recentré ne devrait pas déstabiliser le marché

Par : edicom

Le dispositif du prêt à taux zéro élargi en 2016 a été vrai succès ces deux dernières années. Désormais et pour quatre ans, il sera recentré dans le neuf dans les zones tendues et limité à l’ancien en zone B2 et C.

Selon Vousfinancer, 3e réseau national de courtage en crédit immobilier, « cette mesure n’est pas de nature à déstabiliser le marché, même si l’élargissement avait permis une hausse de plus de 100 % du nombre de prêts accordés incluant un PTZ chez Vousfinancer ». 30 % des primo-accédants ont ainsi pu en bénéficier en 2017, contre 22 % en 2015, avec en outre des montants en hausse de près de 15 000 €. Dans ce contexte, la part des primo-accédants, boostée tant par ce dispositif que par le niveau historiquement bas des taux de crédit, a gagné cinq points en deux ans pour atteindre 45 % des emprunteurs.

Un dispositif qui a fait ses preuves

L’élargissement du dispositif du prêt à taux zéro a été particulièrement efficace en 2016 et 2017, mais son recentrage en 2018 devrait avoir un impact limité, avec tout de même de forts écarts selon les régions. « Les mesures annoncées par le gouvernement vont dans le bon sens, et sont de nature à rassurer les acheteurs et les investisseurs dont nous avions pu constater l’attentisme ces dernières semaines… Certes les dispositifs sont recentrés, mais de manière efficace et rationnelle, en privilégiant les zones tendues. Ces mesures claires et définies pour quatre ans devraient donc contribuer à la poursuite du dynamisme du marché et bénéficier tant au secteur du neuf qu’au logement ancien », analyse Sandrine Allonier, directrice des relations banques chez Vousfinancer.

Par exemple, chez ce courtier en crédit immobilier, en 2017, le nombre de prêts immobiliers incluant un PTZ est en hausse de 100 % par rapport à 2015, alors que le nombre total de dossiers de crédits a augmenté de 40 %. Ainsi, 30 % des primo-accédants ont bénéficié d’un PTZ cette année, contre 22 % en 2015. « La mesure phare en 2016 n’a pas été tant l’élargissement dans l’ancien que le relèvement des plafonds de ressources pour en bénéficier avec des montants accordés en hausse de 15 000 € en moyenne, confirmant que le dispositif actuel pouvant financer jusqu’à 40 % du montant du bien – contre 18 à 26 % en 2015 – est plus avantageux et un véritable soutien en période de hausse des prix. Le maintien de ces plafonds et du différé d’amortissement, cœur du dispositif est maintenu, ce qui est une excellente nouvelle… », explique Sandrine Allonier. En moyenne, les PTZ atteignent 66 900 €, soit 28 % de plus qu’en 2015 (52 185 €).

23 % des PTZ accordés dans l’ancien

Au final, si 80% des PTZ ont été accordés dans le neuf chez Vousfinancer, au niveau national, d’après le Sgfgas (Société de gestion des financements et de la garantie de l’accession sociale à la propriété), seuls 23 % des PTZ ont été accordés dans l’ancien au premier trimestre 2017, avec de fortes disparités selon les régions, selon la tension du marché. En Ile-de-France ou en PACA, 92 % des PTZ sont accordés dans le neuf, alors qu’en Bourgogne-Franche-Comté ou Centre-Val de Loire, 40 % le sont dans l’ancien… « Finalement ce recentrage neuf/ancien selon la tension des zones a du sens… A part pour les acheteurs de maisons individuelles, qui pouvaient bénéficier d’un PTZ en zone C, mais n’y auront plus le droit en 2018, ce qui pourrait être préjudiciable dans les régions, comme la Bretagne notamment, où la majorité des PTZ sont attribués à des logements individuels, pour la plupart neufs… », conclut Jérôme Robin, président-fondateur de Vousfinancer.

Attention, les emprunteurs ont jusqu’au 1er décembre pour déposer leur dossier de prêt pour bénéficier encore du PTZ actuel.

  • Mise à jour le : 21/09/2017

Vos réactions