Banniere Salon Immo neuf paris 2020-940x90.gif

  Les placements des assureurs français restent sous la pression des taux bas

Par : edicom

Une analyse publiée dans le quatrième article du Bulletin n°227 de la Banque de France (janvier-février 2020).

Dans un contexte de chute des marchés boursiers au quatrième trimestre 2018, la valeur des placements des assureurs français se maintient à 2601 milliards d’euros en valeur de marché, en légère baisse de 1% fin 2018 avant un rebond de 3,3% au premier trimestre 2019. Les assureurs français ont conservé une stratégie d’allocation de leurs actifs stable entre 2017 et 2018. Ils investissent de façon prépondérante en France ou dans la zone euro, et prioritairement dans des titres de taux (obligations souveraines ou du secteur financier). Dans un contexte de baisse des taux d’intérêt, le portefeuille obligataire pèse sur la rentabilité de leurs placements. En particulier, l’arrivée à échéance des obligations à taux de coupon élevé diminue la performance du portefeuille d’actifs. En conséquence, les assureurs poursuivent des stratégies de diversification pour une part limitée de leurs placements (347 milliards d’euros).

L’impact de l’environnement de taux bas sur le portefeuille obligataire des assureurs

Des plus-values latentes en légère baisse

Dans le contexte de taux d’intérêt bas persistants, le taux de plus-values latentes 7 demeure élevé, environ 14 % pour l’ensemble des placements, mais s’inscrit en baisse d’un point de pourcentage par rapport à 2017.

En effet, le taux de plus-value des obligations, qui constituent près de 60 % des portefeuilles des assureurs, a baissé de trois points en moyenne entre 2017 et 2018 (cf. graphique 8). Les assureurs ont investi le produit des obligations anciennes arrivant à terme en 2017, ainsi que la collecte nouvelle sur les fonds euros, dans de nouvelles obligations avec des taux de coupon beaucoup plus faibles. Par ailleurs, les plus-values latentes des actions cotées et les détentions dans des entreprises liées ont fortement diminué en 2018 (respectivement 0 % et 68 %, contre 15 % et 76 % en 2017) en raison de la baisse des marchés actions fin 2018.

En revanche, les immobilisations corporelles continuent d’afficher des plus-value latentes très élevées (55 %) qui traduisent la hausse continue des prix de l’immobilier.

Des coupons fixes à taux élevé bientôt à échéance

Les assureurs français, en particulier les assureurs vie et mixtes, bénéficient de revenus récurrents importants grâce à des obligations acquises il y a plusieurs années, alors que les taux étaient élevés. Ces obligations à fort taux de coupon arrivent progressivement à échéance et sont renouvelées par des obligations de moindre rendement.

Plus précisément, à fin 2018, 48 % du portefeuille obligataire détenu par les assureurs arrive à échéance au cours des six prochaines années, dont près de la moitié avec des taux de coupon compris entre 3 % et 5 %.

Des titres obligataires de bonne qualité

Les assureurs français investissent très majoritairement dans des titres évalués comme sûrs, c’est-à-dire dont la note est supérieure ou égale à AA, dans une proportion demeurée stable entre 2017 et 2018.

  • Mise à jour le : 30/01/2020

Vos réactions