MNK ONE - juin PCGP.gif

  L’or gris, source d’opportunités pour les marchés financiers

Par : Benoît Descamps

Sur le plan boursier, le vieillissement de la population est une thématique exploitée par les gérants de fonds. Ici, l’univers d’investissement ne se limite pas à la France, mais peut être européen ou mondial.

Parmi les sociétés de gestion disposant d’un fonds dédié à l’or gris se trouve, notamment, CPR Asset Management, qui propose à la fois d’un fonds sur les valeurs liées au vieillissement investi en Europe, CPR Silver Age lancé en 2009, et un autre investi sur le plan mondial, CPR Global Silver Age, lancé en 2014.

Au niveau économique, ce vieillissement de la population engendre un ralentissement de la croissance mondiale, une réduction de la productivité et des taux bas pour longtemps. En effet, plus il existe de personnes âgées, plus le stock d’épargne est élevé, ce qui mécaniquement crée un déséquilibre.

Aussi, le vieillissement de la population entraîne des problèmes de soutenabilité des dépenses publiques en matière de santé et de pension.

Une thématique mondiale

Thomas Page-Lecuyer, stratégiste chez CPR Asset Management, expose : « Le vieillissement de la population est une tendance qui résulte de la somme de deux facteurs : d’une part, la baisse du taux de fertilité mondiale à de 5 à 2,5 enfants par femme en un demi-siècle, et d’autre part l’augmentation de l’espérance de vie grâce à la recherche médicale et à la chute du taux de mortalité infantile. Et ce phénomène entraînera à terme une baisse de la population mondiale avec, selon les projections, une croissance du nombre d’habitants de 7 milliards aujourd’hui à 11 milliards, d’ici la fin du siècle, puis un retour à 7 milliards en 2150. »

Et si le phénomène du vieillissement de la population a d’abord concerné les pays développés avec une baisse du taux de fertilité dans les années 1970-1980 ; les pays émergents sont également impactés, en particulier la Chine. « Ces pays vont mettre moins de temps à avoir une population âgée, avec une baisse des taux de mortalité et de fertilité plus soudain. Par exemple, pour multiplier par trois sa population âgée de plus de 65 ans, la France a mis 157 ans et les autres pays développés une centaine d’années ; la Chine elle ne mettra que 34 ans. D’ici 2050, dans le monde, 80 % de la population âgée de  65 ans et plus vivra dans les pays émergents. Pour la Chine, c’est un vrai problème puisque, d’ici 2030, sa population active aura chuté de 67 millions d’habitants et elle chutera encore de 15 millions chaque année après cette date… »

Les pays les plus concernés par ce sujet du vieillissement sont la Chine, l’Allemagne et le Japon dont la population en âge de travailler se réduit fortement. L’Allemagne a d’ailleurs perdu 1,5 million d’habitants et d’ici 2060, le pays devrait en perdre 19 % de plus atteignant ainsi les 66 millions, contre 80,5 millions actuellement (dont 42 % ont 50 ans et plus).

Pour contrecarrer ce phénomène et résoudre le problème de productivité, ces Etats ont généralement recours à l’immigration, hormis le Japon dont la politique se montre plus dure dans ce domaine. Aussi, le taux de participation des femmes est un recours possible tout comme celui des 65 ans et plus.

La Chine, le marché de demain

Des marchés s’ouvrent donc pour ses entreprises aussi bien au niveau des pays émergents – même si l’Afrique et l’Inde sont moins concernés par le phénomène – que dans les pays développés. Pour la Chine, les prévisions du gouvernement chinois montrent que les dépenses de consommation de la population âgée représentent 8 % de la consommation totale, soit entre 800 et 900 millions de dollars par an et que cette proportion va atteindre 33 %, d’ici 2050.

Aujourd’hui, la population mondiale vieillit rapidement avec 900 millions de personnes ayant plus de 60 ans, un chiffre qui va passer à 2,1 milliards d’ici 2050.

Huit secteurs d’investissement selon CPR AM

CPR AM propose deux fonds liés au vieillissement de la population, CPR Silver Age et CPR Global Silver Age, avec un encours global de 1,6 milliard d’euros pour la stratégie. Notons que CPR AM s’est vue confier par Amundi l’ensemble des expertises actions thématiques et leur développement.

L’équipe de gestion a ciblé différents secteurs tirant parti du vieillissement de la population. Huit secteurs sont identifiés et ont été répartis en deux tranches : ceux qui concernent les seniors actifs (de 65 à 80 ans) et ceux relatifs aux seniors dépendants (+ 80 ans).

Du côté des retraités actifs, nous trouvons les secteurs :

- du loisir : médias, jardinage, tourisme ;

- du bien-être : des produits cosmétiques et d’hygiène ;

- de l’épargne financière et l’assurance-vie ;

- des véhicules. En effet, l’âge moyen des clients des constructeurs automobiles est d’environ 50/60 ans.

Du côté des retraités-dépendants, nous avons :

- les maisons de retraite et l’activité de soin à domicile ;

- la sécurité de la personne : systèmes d’alarme, la protection alimentaire ;

- les équipements de santé : dentaire, audition, optique ;

- et la pharmacie.

Deux de ces secteurs sont communs aux deux populations de seniors visés : les équipements de santé et la pharmacie. La stratégie du fonds consiste à tirer parti du phénomène démographique du vieillissement de la population en investissant dans les entreprises opérant dans les secteurs y étant exposés. « L’allongement de l’espérance de vie s’accompagne d’une amélioration de la santé, ce qui permet des dépenses croissantes dans les domaines des loisirs, du voyage et du bien-être, expose Florian Peudevin, gérant actions thématiques. Aussi, ce phénomène implique également une concentration de l’épargne puisque ces ménages sont au pic de leur patrimoine, d’où l’intégration aux fonds des secteurs de l’épargne. Enfin, nous recherchons également des sociétés qui souhait capter ce marché comme un relais de croissance. »

Des sociétés plus résilientes

Pour intégrer le fonds, les sociétés doivent réaliser au moins 15 % de leur chiffre d’affaires dans la thématique du vieillissement. « Notre univers d’investissement global se compose de plus de 600 valeurs, aussi bien des cycliques que des défensives, et s’étend aux zones US, Europe et au Japon, expose Florian Peudevin. Ces sociétés opèrent également dans les marchés émergents ce qui permet d’avoir accès au potentiel de croissance de ces zones. Ces valeurs ont une croissance bénéficiaire qui est supérieure à la moyenne : 7 %, contre environ 6 % pour le MSCI World. Ces sociétés ont par ailleurs un coût d’accès au capital inférieur à celui du marché et présentent un risque inférieur également avec des prévisions de croissance plus résilientes que la moyenne. Globalement elles offrent un potentiel accru de la performance financière. »

Pour constituer le portefeuille, l’équipe de gestion sur ou sous-pondère les secteurs en fonction de leurs caractéristiques propres et selon le cycle boursier, puis s’attarde sur les dynamiques spécifiques de chaque titre ainsi que leur valorisation. Chaque secteur ne peut représenter plus de 30 % du portefeuille et une ligne ne peut excéder 2,5 %. « L’allocation permet donc de réconcilier une approche bottom-up et top-down, indique Florian Peudevin. Aujourd’hui, le fonds est surpondéré sur des secteurs défensifs : les équipements de santé et la pharma. Le marché des équipements de santé a été malmené l’an passé. Très exposé aux marchés émergents, il a souffert des craintes sur la Chine. La pharma arrive en deuxième position. Nous avions allégé ce secteur à l’été 2015 en raison des craintes sur l’évolution des prix des médicaments, sujet polémique lors des débats des élections US, puis sommes revenus au printemps dernier afin de bénéficier de son potentiel de revalorisation. »

Viennent ensuite les produits cosmétiques, un domaine à la croissance forte tiré par les marchés émergents. Puis, les loisirs qui tirent parti du cycle économique. Sur le plan géographique, le fonds CPR Global Silver Age est principalement exposé au marché américain (à plus de 60 %). Parmi les titres en portefeuille, nous trouvons Johnson & Johnson, Renault, Healtcare Realty, BlackRock, L’Oréal, Securitas ou encore GlaxoSmithKline et Teleflex.

 

Dans le même dossier, lire aussi:

Logement spécifique, la filière bâtiment de demain

Retraite : le bel avenir des complémentaires individuelles

Deux DU pour se former sur la clientèle des seniors

  • Mise à jour le : 24/10/2016

Vos réactions