Banniere LBF pour Profession CGP.gif

  Epargne salariale : un salarié détient 12 000 euros en moyenne

Par : edicom

Avec 135,4 Md€ pour 11,3 millions de salariés au 30 juin, avec des fonds ISR qui font une percée remarquable et des entreprises de plus en plus nombreuses, les chiffres révélés par l’Association française de la gestion financière (AFG) révèle que l’épargne-retraite n’a jamais été autant dynamique. 

L’épargne salariale, détenue par 11,3 millions de salariés, atteint 135,4 milliards d’euros au 30 juin en progression de 3 % sur 6 mois et de 3,8% sur un an, en raison principalement d’une augmentation de la collecte nette.

Chaque salarié épargnant détient en moyenne 12 000 euros pour financer ses projets. Sur le premier semestre, les versements bruts (intéressement, participation, abondement et versements volontaires) atteignent près de 11 milliards d’euros, en hausse de 3,8 % par rapport au premier semestre 2017. Les retraits sont en baisse de 11% et passent de 8,3 à 7,4 milliards d’euros, dans un contexte de marché moins favorable à la concrétisation de plus-values. La collecte nette est donc en forte progression passant de 2,1 à 3,4 milliards d’euros sur 6 mois (+62%).

Les encours de l’épargne salariale se répartissent de la manière suivante entre les différentes classes d’actifs : l’épargne salariale est investie à près de 60% en actions, dont 38% via les fonds d’actionnariat salarié, 12% via les fonds actions et le solde via les fonds mixtes. Elle contribue ainsi très fortement au financement de l’économie productive en fonds propres. L’épargne salariale est de fait un des principaux véhicules qui permet aux épargnants d’accéder aux marchés actions.

Percée des fonds ISR

Au 30 juin, les fonds diversifiés atteignent 84 milliards d’euros et représentent 62% des encours. Ils sont en progression de 3,7% sur un an. 

Au sein des fonds diversifiés, les fonds ISR dépassent 20 milliards d’euros, soit une progression de 6%, supérieure à celle des autres placements. Ils représentent plus du quart de l’épargne salariale (hors actionnariat salarié). Les FCPE solidaires s’élèvent à 8,3 milliards d’euros, soit une augmentation significative de 15% sur un an. Ils représentent une enveloppe investie dans l’économie sociale et solidaire (ESS) de près de 500 millions d’euros (source Finansol). 

La collecte des fonds mixtes dépasse celle des fonds monétaires pour la première fois depuis longtemps, résultat de la pédagogie des professionnels et de la montée en puissance de la gestion pilotée dans le Perco. 

+14 000 entreprises en six mois

Les salariés ont versé près de 2 milliards d’euros sur les fonds d’actionnariat salarié. Les fonds d’actionnariat salarié atteignent 51 milliards d’euros en progression de 4% sur un an. Ils représentent 38% des encours d’épargne salariale. Les fonds d’actionnariat salarié ont collecté près de 2 milliards sur 6 mois contre 1,3 milliards à la même période en 2017.

Les Perco continuent leur développement : près de 2,76 millions salariés bénéficiaires (+11 % sur un an) pour 244 000 entreprises équipées (+6% sur un an) et près de 17 milliards d’euros d’encours (+11 % sur un an). Au 30 juin, les encours gérés dans les Perco atteignent 16,9 milliards d’euros, en progression de 11% sur un an.

Les entreprises continuent à s’équiper (+14 000 entreprises en six mois), ce qui reflète leur souhait de se préoccuper de la retraite de leurs salariés. Ces derniers sont de plus en plus nombreux à profiter du Perco et ils sont 2 760 000 à avoir déjà effectué des versements, soit une progression de 11% sur un an sur une population éligible de 8 millions de salariés.

Plus de la moitié des entreprises ont transformé leur Perco en Perco Plus pour y intégrer un fonds PME et bénéficier du taux réduit de forfait social à 16%. Toutefois des marges de progression importantes existent encore car seulement 25% des salariés détenteurs d’un Perco ont accès à un fonds PME. Ces fonds investis à 7% en titres de PME dépassent 1 milliard d’euros, en progression de 37% sur un an. Cette croissance devrait se poursuivre.

Grâce à la loi Macron de 2015 qui a fait de la gestion pilotée en fonction de l’âge l’option par défaut des Perco, celle-ci progresse et concerne désormais 41% des bénéficiaires et 33% des encours. 

Sur 6 mois, les versements bruts sur le Perco se sont élevés à 1,6 milliard d’euros, soit une hausse de 7% par rapport au 1ersemestre 2017. Les retraits se sont élevés à 500 millions d’euros. La collecte nette atteint 1,1 milliard d’euros, en hausse de 10%.

Enfin, l’encours moyen détenu par chaque épargnant est stable, à 6 120 euros. 

Epargne salariale et loi Pacte

L’AFG se réjouit des mesures très positives de la loi Pacte sur l’épargne salariale, l’actionnariat salarié et l’épargne-retraite : « le développement de cette épargne longue et productive est bénéfique pour les salariés qui seront mieux préparés à leur retraite. Elle financera encore davantage l’économie à long terme »

La loi Pacte qui sera votée courant 2019 devrait donner un nouvel élan à l’épargne salariale et à l’épargne-retraite :

- la suppression du forfait social, totale pour les TPE/PME (de moins de 50 salariés) et réservée à l’intéressement pour les entreprises de moins de 250 salariés, est une mesure emblématique qui devrait accélérer la diffusion de l’épargne salariale et renforcer significativement l’équipement sur ce segment d’entreprises encore peu couvert ;

- l’abaissement du forfait social à 10% sur l’abondement et la possibilité de mettre en place un abondement unilatéral devraientfavoriser le développement de l’actionnariat salarié et concourir à l’objectif fixé par le gouvernement d’avoir 10% du capital des entreprises françaises détenu par les salariés à horizon 2030 ;

- enfin, l’AFG salue « une vraie réforme de l’épargne retraite [qui] s’annonce avec l’harmonisation de l’ensemble des produits d’épargne retraite existants, aussi bien collectifs (Perco/Article 83) qu’individuels (Madelin, Perp…), rénovés autour d’un cadre unique, le plan d’épargne retraite. L’objectif est de rendre l’épargne retraite plus attractive pour passer d’un encours de 200 à 300 milliards d’euros à horizon 2022. Déductibilité des versements volontaires du revenu imposable, totale liberté de sortie à l’âge de la retraite (capital et/ou rente), déblocage pour achat de la résidence principale, transferts facilités seront autant d’incitations fortes pour les épargnants à préparer davantage leur épargne retraite ».

  • Mise à jour le : 19/10/2018

Vos réactions