BANNIERE_GFP19_940x90-SITE-PCGP.gif

  Une croissance inespérée pour l’Euroland et l’Europe

Par : edicom

Par Bernard Le Court

D’après les prévisions de la Commission européenne, rendues publiques le 9 novembre dernier, l’économie de la zone euro (dix-neuf pays) est en bonne voie pour croître cette année à son rythme le plus rapide depuis dix ans, la croissance du produit intérieur brut (PIB) réel devant atteindre 2,2 %. Dans ses précédentes prévisions la Commission européenne tablait pour 2017 sur une croissance de 1,7%.

Quant à l’économie de l’ensemble de l’Union européenne (vingt-huit pays), elle devrait bénéficier en 2017 d’une croissance de 2,3 % bien supérieure à celle qui était prévue au printemps dernier par la Commission européenne et qui était de 1,9 %.

Bonne santé économique

« L’année 2017 est en bonne voie, en très bonne voie même, d’être la première année depuis dix ans où tous les pays de l’Union européenne, sans exception, enregistreraient une croissance économique. Et 2018 se profile aussi comme une année de croissance généralisée pour tous les Etats membres », résume Pierre Moscovici, commissaire européen pour les affaires économiques et financières, la fiscalité et les douanes.

Les anticipations relatives à la croissance du PIB en volume ont été révisées à la hausse pour 2017, 2018 et 2019.

Les anticipations relatives au taux de chômage ont été révisées à la baisse pour les deux prochaines années.

L’inflation reste modérée (autour de 1,5%) dans l’ensemble de l’Europe (sauf en Hongrie, Roumanie où elle atteint 3%).

 

Principales prévisions pour la zone euro (moyenne) et la France

Prévisions

zone euro

France

2017

2018

2019

Croissance du PIB (%, glissement annuel)

2,2%

1,6%

2,1%

1,7%

1,9%

1,6%

Inflation (%, glissement annuel)

1,5%

1,1%

1,4%

1,2%

1,6%

1,5%

Chômage (%)

9,1%

9,5%

8,5%

9,3%

7,9%

8,9%

Dette publique brute (% du PIB)

89,3%

96,9%

87,2%

96,9%

85,2%

96,9%

Première ligne =  zone euro, seconde ligne =  France.

Exemple : en 2018, le chômage devrait être de 8,5% en zone Euro et de 9,3% en France.

 

On remarque que la France n’est pas forcément le meilleur élève de la zone Euro, loin s’en faut ! En effet, sa croissance, son taux de chômage et sa dette publique sont moins bons que la moyenne des dix-huit autres pays constituant la zone euro, il n’y a guère que pour l’inflation que la France se place en dessous de la moyenne d’inflation de la zone.

Cette embellie devrait se poursuivre…

La Commission européenne s’attend à une poursuite de la croissance tant dans la zone euro que dans l’Union Européenne, à un rythme de 2,1 % en 2018 et de 1,9 % en 2019.

Les risques que l’évolution économique soit meilleure ou moins bonne qu’escompté sont globalement équilibrés.

Les principaux risques à la baisse sont extérieurs et liés aux fortes tensions géopolitiques (par exemple, dans la péninsule coréenne), à l’éventualité d’un resserrement des conditions financières à l’échelle mondiale, à l’ajustement de l’économie chinoise ou à l’expansion du protectionnisme.

Dans l’Union européenne, les risques à la baisse sont liés aux négociations sur le Brexit et à leurs résultats, ainsi qu’à la forte appréciation de l’euro et à l’augmentation des taux d’intérêt à long terme.

En revanche, la diminution de l’incertitude et l’amélioration du climat en Europe, de même qu’une croissance mondiale plus forte dans le reste du monde, pourraient aboutir à une croissance plus vigoureuse que prévu dans l’Union Européenne.

________________

Rappel : La zone euro comprend 19 pays : Allemagne, Autriche, Belgique, Chypre, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Portugal, Slovaquie, Slovénie.

L’Union européenne comprend 28 pays : les 19 pays précédents + 9 pays non membres de la zone euro (Danemark, Hongrie, Suède, Pologne, République tchèque, Roumanie, Bulgarie, Croatie, Royaume-Uni (qui est en cours de sortie suite au Brexit).

  • Mise à jour le : 17/11/2017

Vos réactions