PAP.2019.940x90.gif

  Suravenir invente l’assurance-vie de demain

Par : edicom

Par Bernard Le Court

Navig’Options de Suravenir est certainement le contrat le plus représentatif de l’assurance-vie du futur : accessible, sans frais sur versements, pouvant être ouvert en moins de dix minutes en ligne, sur Smartphone ou en face-à-face, il met en avant la gestion profilée.

Dans un premier temps, ce produit grand public est proposé uniquement aux clients des trois fédérations Crédit mutuel Arkéa (Bretagne, Sud-Ouest et Massif central). Navig’Options prend le relais des précédents contrats (Prévi-Retraite, Prévi-Options).

Navig’Options exige un versement d’ouverture de 300 €, les versements libres suivants sont d’un minimum de 50 €, les versements programmés de 50 €/mois, 150 €/trimestre, 300€/ semestre, 600€/an.

Navig’Options offre deux possibilités de gestion : l’une sous mandat en gestion profilée, l’autre à la main du souscripteur en gestion libre.

Les quatre profils de gestion sont les suivants :

- profil Prudent : 70% fonds en euros/30% UC

- profil Equilibré : 50% fonds en euros/50% UC

- profil Dynamique : 30% fonds en euros/70% UC

- profil Offensif : 10% fonds en euros/90% UC

La gestion profilée est dispensée de frais sur versements 

Pour attirer le client vers la gestion profilée, Navig’Options ne demande pas de frais sur versements si le client opte pour l’un des quatre profils proposés ; par contre, en gestion libre les frais sur versements sont de 2 %. « L’avenir de l’assurance-vie passe par le développement du mandat d’arbitrages », résumait Bernard Le Bras, président du directoire de Suravenir, lors de la présentation à la presse de ce nouveau contrat. Et les tests effectués avant le lancement de ce produit lui donnent raison : 85% des clients testés ont choisi la gestion profilée, leur versement moyen a été de 5 000 € (seize fois plus que le minimum exigé).

Quid de la rémunération de l’assureur et du distributeur ?

Au final, l’assureur et la banque s’en sortent grâce aux frais de gestion : sur le fonds en euros et les UC en gestion libre, les frais de gestion annuels sont de 0,80%.

Sur les mandats de gestion profilés, les frais annuels de gestion sont de 0,80% sur la partie fonds en euros, mais de 1,30% sur la partie UC. Malgré cette distinction subtile, les frais de gestion restent assez bon marché. Par exemple, sur le profil équilibré qui se compose du fonds en euros à hauteur de 50% et d’UC à hauteur de 50%, la moitié des frais de gestion sont de 0,80% et l’autre moitié de 1,30%.

Et puis, les clients potentiels regardent surtout les frais sur versements, les frais de gestion ne leur sautent pas aux yeux, alors que leur impact sur le long terme est plus important que celui des frais sur versements.

Autre particularité : le contrat permet une gestion bi-poche, le client peut retenir à la fois une gestion profilée et une gestion libre.

Pour éviter tout « frottement » entre les divers supports UC, il existe deux listes de supports UC : une liste de 150 supports que peuvent choisir les gérants pour la gestion profilée ; et une liste réduite de 15 supports dédiée au client en gestion libre.

Promis à un grand avenir

L’objectif de souscription de Navig’Options est élevé : 10 000 contrats sur le premier trimestre 2018.

Ce contrat sera sans aucun doute proposé rapidement par d’autres réseaux. Il pourrait aussi apporter une réponse aux CGPI qui recherchent un produit simple et moderne pour séduire les épargnants de la génération Y.

  • Mise à jour le : 25/01/2018

Vos réactions