PAP.2019.940x90.gif

  Idinvest lance un FCPR 2.0 éligible à l’assurance-vie

Par : Benoît Descamps

Idinvest vient de lancer le FCPR Idinvest Private Value Europe (IPVE 3), à destination du grand public et éligible à l’assurance-vie. Acteur du marché européen du capital-investissement depuis vingt ans (15 milliards d’euros d’encours), la société détenue majoritairement par Eurazeo depuis un an et demi a, depuis cinq ans, entrepris une démocratisation de ses solutions auprès des épargnants. « Avec les FCPR IPVE lancé 2012 et Idinvest Strategic Opportunities lancé en 2016, nous disposons d'une forte expertise pour créer et piloter, tant sur le plan réglementaire que de la gestion, des véhicules d’investissement pour chaque typologie d’investisseur. IPVE 3 est la version 2.0 de l’investissement en private equity pour les particuliers car éligible à l’assurance-vie. Créé à la demande de nos partenaires-distributeurs, il est le fruit d’un travail important avec cinq grands assureurs », expose Luc Maruenda, partner en charge de la structuration, du développement et de la commercialisation des produits de gestion privée d'Idinvest.

Une liquidité trimestrielle à partir de fin 2022

Ce nouveau véhicule d’investissement de type capital-transmission se veut plus souple pour l’assureur pour trois raisons :

- une durée de vie fixée à 99 ans, comme pour un OPC classique ;

- une valeur liquidative hebdomadaire ;

- et surtout des fenêtres de liquidité à partir de la quatrième année d’existence du fonds.

Sur ce troisième point (les rachats en cas de force majeure sont possibles tout au long de la vie du produit), l’investisseur peut se désinvestir à la fin de chaque trimestre de l’année civile en ayant alerté le gestionnaire deux mois au préalable. Autre condition, les sorties cumulées du fonds lors de ces fenêtres sont limitées à 5 % de l’actif. Luc Maruenda précise : « Cette liquidité ouverte dès fin 2022 sera assurée par l’équipe de gestion qui via le mixte de titres en portefeuille bénéficiera d’une bonne visibilité grâce à des cycles d’investissement courts, de trois à cinq ans. Contrairement à un produit fermé, la gestion sera plus simple car non contrainte par des horizons d’investissement définis par un cadre réglementaire et/ou fiscal. »

Construire un produit "robuste" mêlant dette privée et capital

L’actif du fonds sera constitué à 60 % de dettes privées et à 40 % d’investissement en secondaire, c’est-à-dire dans le cadre de rachats de participations minoritaires sur des sociétés faisant l’objet de LBO. L’objectif est de collecter 300 à 400 millions d’euros sur les quatre premières années et de constituer un portefeuille d’environ 150 lignes. « Comme pour nos autres fonds “grand public”, IPVE 3 investira aux côtés de nos véhicules institutionnels ce qui permet par exemple d’accéder à des émissions de l’ordre de 30 à 50 millions d’euros, ce au même moment, aux mêmes conditions et au même prix », affirme Luc Maruenda.

Les sociétés visées sont des grosses PME européennes valorisées entre 20 et 500 millions d’euros, rentables, disposant le plus souvent d'un fonds d’investissement au capital ; le tout avec une forte diversification sectorielle.

Les gérants visent des opérations délivrant un rendement de 7 à 8 % brut pour la partie dette privée ; et des performances de 12 à 14 % pour la partie capital ; soit un rendement final compris entre 5 et 10 %. « Notre volonté est de construire une solution robuste pour les investisseurs en quête de diversification de leur patrimoine », note Luc Maruenda.

Sur un compte-titre, le fonds est accessible à partir de 20 000 euros (avec exonération des plus-value en cas de détention de plus de cinq ans) ; pour l’assurance-vie, le seuil sera plus bas (car la part d’un FCPR dans un contrat est réglementairement limitée à 10 %) et variera en fonction des assureurs.

  • Mise à jour le : 07/06/2018

Vos réactions