Banniere LBF pour Profession CGP.gif

  M Capital Partners et Widoowin accompagnent les Burgers de Papa

Par : Benoît Descamps

Le concept des Burgers de Papa repose sur la convivialité, la proximité avec le client, la qualité des produits avec une viande hachée le matin, des légumes taillés sur place, un pain pétri et cuit par un boulanger local… le tout dans un décor renouvelé régulièrement.

D’animateur radio à restaurateur-entrepreneur, Yves Hecker a osé franchir le pas, avec la volonté d’offrir un moment de plaisir à ses clients. Parti de Lyon, il développe aujourd’hui un réseau de franchisés dans l’ensemble de l’Hexagone accompagné par M Capital Partners et Widoowin.

L’aventure entrepreneuriale des Burgers de Papa part du constat simple d’Yves Hecker, son fondateur et président-directeur général : « J’ai vu se développer à vitesse grand V la tendance du burger gourmet, une lame de fond forte et pérenne en France. J’ai alors franchi le pas et réalisé mon rêve d’ouvrir un restaurant autour du burger à la française avec du bon pain, du bon fromage, de la bonne viande, des frites maison… Bref, autre chose que ce que nous proposent les enseignes bien connues de la restauration rapide ».

Alors animateur radio chez MFM Radio à Lyon (auparavant chez France Bleu pendant douze ans), Yves Hecker donne sa démission pour devenir entrepreneur-restaurateur avec toujours comme objectif de « donner du plaisir aux gens ». La première opération de financement bancaire a été difficile à conclure, mais une fois bouclée, le premier restaurant Les Burgers de Papa est ouvert à Lyon en 2013, puis le deuxième est rapidement lancé, toujours dans la cité des Gones.

La franchise pour se développer rapidement

Rapidement, alors qu’un reportage diffusé sur France 5 lui confère de la notoriété et suscite de l’intérêt, la possibilité de créer des franchises lui est proposée. Ce sera chose faite en 2015 avec l’ouverture d’un troisième restaurant à Versailles.

Aujourd’hui, l’enseigne comprend un réseau de dix-neuf restaurants : six développés en propre et treize en franchise. Yves Hecker explique : « Je n’avais pas les moyens d’ouvrir en propre dans toutes les villes de France. La franchise est un bon concept qui permet d’imposer une méthode de travail, un cursus de formation… Je prends du plaisir à travailler et à développer mon modèle. La plus grande complexité est d’entretenir un bon relationnel avec ses franchisés. Il s’agit d’un rapport de patron à patron, mais aussi de franchiseur à franchisé. L’équilibre est subtil, car je dois conserver la main sur l’enseigne et faire accepter la réalisation d’audits de qualité chez mes franchisés, sans pour autant me montrer ingérant ».

Une dizaine d’ouvertures de restaurants sont programmées en 2019. « A terme, notre potentiel est de quatre-vingts restaurants, aussi bien des restaurants de cœur de ville de 80 000 habitants minimum, tout en étant accompagnés par des partenaires comme Uber Eats ou Deliveroo, mais aussi de centres commerciaux », annonce Yves Hecker.

Entre-temps, en 2015, outre d’autres financements bancaires, la société est accompagnée par le capital-investisseur M Capital Partners au travers de son mandat de gestion Club Deal, qui a injecté 900 000 euros en capital. Ce financement permet d’ouvrir quatre restaurants. « Réaliser des levées de fonds astreint à une grande rigueur comptable et à se fixer des objectifs à atteindre selon un calendrier très précis », note Yves Hecker.

Avec le FCPR W PME Valorisation, Widoowin en charge de la commercialisation du fonds en partenariat avec la société de gestion du fonds M Capital Partners a accompagné cette fois-ci un franchisé des Burgers de Papa dans son développement. Plus précisément, il s’agit d’un multi-franchisés, à savoir un entrepreneur qui a déjà connu de la réussite lors de la première ouverture d’une franchise et qui souhaite étendre son nombre de restaurants entre deux et quatre. « Nous souhaitons accompagner des franchisés qui ont déjà fait leurs preuves dans un premier restaurant, pour un montant entre 300 000 et 500 000 €. Nous avons déjà accompagné un premier franchisé à Nice qui y a ouvert un deuxième restaurant et un troisième à Cagnes-sur-Mer. La sortie des capitaux se fait selon notre méthodologie, c’est-à-dire progressivement en fonction des résultats du franchiseur, une méthode qui n’est donc pas dilutive pour l’entrepreneur », précise Jean-Baptiste David, directeur général de Widoowin. Des discussions sont déjà bien avancées pour accompagner un second franchisé.

Un concept en évolution permanente

Le concept des Burgers de Papa repose sur la convivialité, la proximité avec le client, la qualité des produits avec une viande hachée le matin, des légumes taillés sur place, un pain pétri et cuit par un boulanger local… le tout dans un décor renouvelé régulièrement.

En effet, les restaurants et menus sont régulièrement revisités. « Cinq ans après l’ouverture du premier restaurant, seule 20 % de la carte initiale a été conservée et tous les deux mois nous proposons des burgers de saison. Je redescends toujours à la base, dans mes restaurants ; c’est essentiel », indique Yves Hecker. La société propose également des burgers végétariens. En effet, toute la carte est déclinable en version végétarienne. Et toujours avec une gamme de prix abordable, mais plus élevée que les fast-foods historiques, avec des menus dont les prix débutent à partir de 12,50 euros. « Nous réfléchissons aussi à la troisième version des restaurants. Les effets de mode dans la décoration vont très vite. A nous de réadapter notre concept de manière continue. Nous allons monter en gamme avec des couverts plus sombres, des assises matelassées, une lumière plus chaleureuse et du parquet au sol », se réjouit Yves Hecker.

Par ailleurs, le restaurateur s’inscrit dans une démarche durable. « Nous abandonnons le plastique en 2019 et imposons le tri. Nous visons également à mettre en place des circuits les plus courts possibles en nous adressant à des producteurs et boulangers locaux même si ce n’est pas toujours facile lorsqu’on passe de dix à vingt restaurants ».

  • Mise à jour le : 30/01/2019

Vos réactions