Banniere conference seb.gif

  Achat-vente de Bitcoins chez les buralistes : alerte de l’AMF, l’ACPR et la Banque de France

Par : edicom

Les trois autorités se sont fendues d’un communiqué commun pour alerter les épargnants d’un projet d’un service d’achat/vente d’ICO contre espèces en associant les buralistes par une société ne disposant d’« aucune autorisation ni agrément par une autorité française ou étrangère ».

À la suite des annonces portant sur le projet formé par la société utilisant la dénomination  Keplerk de proposer un service d’achat/vente de bitcoins contre espèces avec le projet d’associer les buralistes à la commercialisation de ce service, l’Autorité des marchés financiers, la Banque de France  et l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution rappellent les risques associés à un investissement sur ces actifs spéculatifs, peu adaptés aux profils d’investisseurs particuliers non avertis, en soulignant que « l’achat/vente et l’investissement en Bitcoins s’effectuent à ce jour en dehors de tout marché réglementé ».

Le Bitcoin est l’un des actifs, parfois qualifiés à tort de « monnaies » virtuelles ou « crypto-monnaies », qui existent actuellement dans le monde. Il s’échange en ligne et n’est matérialisé par aucune pièce ou billet. Il ne bénéficie pas d’un cours légal contrairement aux monnaies émises par les banques centrales. Sa très grande volatilité est avérée et il existe également des risques de piratage des portefeuilles de Bitcoins.

Ainsi, l’AMF, l’ACPR et la Banque de France signale que la diffusion de Bitcoins « par une société anonyme, PaySafeBit SASU au capital de 50 000 euros, utilisant la dénomination commerciale Keplerk, qui ne dispose d’aucune autorisation ni agrément par une autorité française ou étrangère, n’est pas de nature à fournir une quelconque garantie à la clientèle ». Et l’AMF, l’ACPR et la Banque de France de souligner pour éviter toute confusion malheureuse que « la dénomination commerciale Keplerk ne doit, en outre, pas porter à confusion avec des sociétés agréées en France, telles que Kepler Cheuvreux ou Kepler Capital Markets qui n’ont aucun lien avec cette activité ».

 

  • Mise à jour le : 29/11/2018

Vos réactions