Giga Banniere Generali Luxembourg  Profession CGP mai juin 2019.gif

  967 M€ levés par les FCPI et les FIP en 2016

Par : edicom

L’AFG (Association française de la gestion financière) et l’Afic (Association française des investisseurs pour la croissance) a publié jeudi 2 mars les résultats de l’enquête annuelle AFIC-AFG sur le niveau et la nature de la collecte réalisée par les gestionnaires de FCPI (fonds communs de placement dans l’innovation) et de FIP (fonds d’investissement de proximité), instruments dédiés au financement des entreprises innovantes et des PME régionales.

La levée de capitaux réalisée en 2016 est calculée tous millésimes (année de création du FIP ou du FCPI) confondus.

La collecte est en progression : 967 millions d’euros en 2016

Collecte globale

La collecte globale 2016 s’élève à 967 millions d’euros, contre 861 millions d’euros en 2015 (+ 12%) et 1 180 millions d’euros en 2008 (- 18 %). Ces 967 millions d’euros se répartissent en 783 millions pour les fonds créés en 2016 et 184 millions pour les fonds créés en 2015.

Source : enquête AFG-AFIC 2016

 

Collecte IR-ISF

En 2016, la collecte des fonds au titre de la réduction d’impôt sur le revenu s’établit à 451 millions d’euros (+ 8 % par rapport à 2015) et celle des fonds au titre de la réduction d’impôt sur la fortune à 516 millions d’euros (+ 16 % par rapport à 2015). Des montants en progression depuis 2013, mais inférieurs à ceux de 2008 (fonds IR : - 23 % 2016/2008 ; fonds ISF : - 13 % 2016/2008).

Source : enquête AFG-AFIC 2016

 

Collecte FIP-FCPI

Le redressement des levées observé depuis 2013 se poursuit à des rythmes différents selon qu’il s’agit des FIP, qui ont levé 557 millions d’euros en 2016, un niveau qui n’est plus inférieur que de 5 % à celui de 2008, ou des FCPI qui, avec 410 millions d’euros, restent 31 % en dessous du montant de 2008.

Source : enquête AFG-AFIC 2016

Le nombre de souscripteurs croît, le montant moyen de souscription se stabilise

En 2016, 114 000 particuliers ont souscrit à des FCPI et/ou à des FIP, un nombre en nette progression (+ 15 %) par rapport à 2015, mais inférieur de 21 % par rapport aux 145 000 souscripteurs de 2008. Le montant moyen des souscriptions affiche une relative stabilité à 8 500 € (- 3 % par rapport à 2015).

Source : enquête AFG-AFIC 2016

Une offre qui continue à se concentrer

73 fonds ont levé des capitaux en 2016 : les FIP représentent 62 % des fonds et 58 % de la collecte (45 FIP, 557 M€), les FCPI 38% des fonds et 42% de la collecte (28 FCPI, 410M€). Le nombre total de fonds est en repli par rapport aux années 2009-2012.

Source : enquête AFG-AFIC 2016

Une taille moyenne des véhicules en hausse

La taille moyenne des FIP est de 12,4 millions d’euros, et celle des FCPI de 14,6 millions d’euros, des niveaux records.

Source : enquête AFG-AFIC 2016

Le financement des PME françaises, une « cause nationale »

87 % des investissements des FCPI sont concentrés sur des entreprises des secteurs d’avenir : le numérique, les biotechnologies, les télécoms et la transition énergétique.

Les FIP couvrent 12 régions françaises, en particulier le long de l’axe Ile-de-France, Bourgogne-Franche Comté, Rhône-Alpes-Auvergne, PACA.

« Afin d’accompagner les défis spécifiques au financement de l’innovation en France, assure déclare Olivier Millet, président de l’Afic, l’Afic milite pour accroître le niveau de réduction d’impôt attaché aux FIP et aux FCPI pour que les particuliers puissent participer plus largement à la croissance d’entreprises innovantes et de proximité. L’Afic en a fait l’une de ses 16 propositions présentées aux équipes de campagne des candidats à la présidentielle. »

L’AFG, dans son livre blanc sur le financement des PME qui sortira dans les prochaines semaines, prône que le financement des PME françaises bénéficie du statut de « cause nationale ». Christophe Bavière, en charge de la mission transverse Financement des PME/ETI de l’AFG et président de son comité technique Capital-investissement signale que « le montant investi via les FCPI et les FIP dans les PME n’est pas suffisant pour répondre à l’ambition de notre place, de devenir la première en Europe pour le financement des PME. Les FCPI et les FIP doivent être dynamisés, notamment en relevant le taux de réduction d’impôt sur le revenu et en sortant cette incitation du plafond des 10 000 euros. »

Pour rappel, la fiscalité appliquée aux FIP et aux FCPI, notamment aux fonds IR, a subi de nombreux aménagements de nature à en limiter le développement. Le taux de réduction IR a été ramené de 25 % du montant investi en 2010 à 18 % en 2012. Depuis 2013, la réduction d’impôt est, par ailleurs, intégrée dans le plafond global de 10 000 € attribué par foyer fiscal. Le plafond spécifique est, quant à lui, resté inchangé à 12 000 € pour un célibataire et 24 000 pour un couple.

Le taux de réduction d’ISF est de 50 % du quota du fonds investi en PME, et la réduction est plafonnée à 18 000 €.

L’étude Levée de capitaux par les FCPI et FIP en 2016 est disponible sur les sites www.afg.asso.fr et www.afic.asso.fr.

Chiffres clé

Source : enquête AFG-AFIC 2016

  • Mise à jour le : 02/03/2017

Vos réactions