Comgest_Monde_940x90_FR.gif

  Amundi élargit son offre d’épargne salariale

Par : edicom

Au travers d’un PEE ou d’un Perco, BFT France Futur ESR est un FCPE dédié aux actions d’entreprises françaises avec une forte implantation régionale qui s’inscrit pleinement dans l’esprit du projet de la loi Pacte.

Forte de 54,2 milliards d’euros d’encours gérés et 43% de part de marché en épargne salariale et retraite, Amundi met à disposition des entreprises et de leurs salariés une nouvelle solution d’épargne : BFT France Futur ESR, un FCPE dédié aux actions d’entreprises françaises avec une forte implantation régionale. Inscrit pleinement dans l’esprit du projet de la Loi PACTE (plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises), BFT France Futur ESR permet aux épargnants salariés de financer les sociétés présentes sur le territoire et ainsi de favoriser l’économie, l’emploi et la croissance en France au travers de leur plan d’épargne entreprise (PEE) et de leur dispositif d’épargne retraite (PERCO).

Nourricier de BFT France Futur (637 millions d’euros d’encours sous gestion), ce fonds bénéficie de l’expertise de BFT Investment Managers, filiale d’Amundi. Il repose sur une politique d’investissement qui s’articule autour de 4 axes structurants :

- investir sur les valeurs françaises qui constituent le tissu économique national. Les sociétés dans lesquelles BFT France futur investit sont implantées sur l’ensemble du territoire. A travers ses investissements, le fonds constitue un véritable instrument de financement de leur croissance ;

- choisir une approche « multi-capitalisation » qui permet aux épargnants de tirer le meilleur parti de l’ensemble des opportunités du marché des actions françaises. Grâce à la complémentarité des petites, moyennes et larges capitalisations, BFT France Futur ESR bénéficie d’un univers d’investissement attractif, ces différents segments de capitalisation ayant des comportements boursiers complémentaires. Les entreprises de petite capitalisation (33% du portefeuille) disposent d’un fort potentiel de croissance sur des métiers de niche, et celles de moyenne capitalisation (51% du portefeuille) ont souvent déjà acquis une place de leader sur leur marché et cherchent à développer leur expertise à l’international ou sur des marchés connexes. Quant aux grandes capitalisations (16% du portefeuille), elles évoluent sur des activités matures et bénéficient de fortes barrières à l’entrée ;

- accorder une importance particulière à l’analyse de la valorisation boursière des entreprises. L’équipe de gestion identifie les entreprises dont la qualité des fondamentaux n’est pas pleinement reflétée par le marché et qui présentent ainsi une décote jugée attractive au regard de leurs perspectives ;

- développer une démarche de dialogue avec les entreprises afin d’évaluer progressivement leur impact sur l’emploi et les investissements qu’ils réalisent en France et notamment en région.

  • Mise à jour le : 10/04/2019

Vos réactions