Banniere Finaveo oct nov 2018.gif

  « CGPI, l’avenir s’éclaire par ce que l’on veut en faire »

Par : edicom

Par Francois Almaleh, gérant du cabinet Finadoc, à Marcq-en-Baroeul (Nord)

« La majorité des discussions professionnelles tournent, en résumé, autour de la réglementation et des rétrocessions. Néanmoins, le vrai sujet n’est pas forcément ici, car la réglementation s’appliquera et il faudra composer avec. En revanche, la profession a-t-elle bien pris la mesure de la montée en puissance des fintechs ?

En France, elles représentent pas moins de 150 acteurs (cf. notamment la liste du Paris Fintech Forum) et des levées de fonds très importantes. Certes, il y aura des échecs, mais ce sont les quelques réussites qui perturberont nos métiers. Même si l’IA – intelligence artificielle – avance très rapidement, le conseil patrimonial semble protégé. A l’inverse, le conseil en investissement financier sera le plus impacté, tout comme les activités liées au crédit et à la prévoyance.

La digitalisation de nos fournisseurs n’est pas une révolution technologique, juste une avancée pratique et un gain de temps. Des outils informatiques de sécurité (Securesafe, Pcloud, Keeex…) ou de mapping (Xmind) peuvent également accompagner notre digitalisation, mais projeter l’avenir de son cabinet a bien plus de sens : quelle organisation, quel modèle de développement, quelle segmentation, quels partenariats, quel actionnariat… ?

Pour répondre à ces questions, il convient de se prêter à un exercice à la fois simple et pratique : élaborer une matrice SWOT, un tableau réparti en quatre cases : forces et faiblesses internes, menaces et opportunités externes.

Formaliser par écrit et suivre annuellement ses propres projets et cette matrice n’est pas un acte naturel mais ô combien protecteur car l’avenir s’éclaire par ce que l’on veut en faire.

Chaque CGPI se doit d’être à l’écoute du monde, du métier, des technologies et des attentes des clients. De nouveaux acteurs se développent bien plus vite, avec plus de moyens. Il serait vain de s’y opposer, mais paraît au contraire opportun d’envisager de réelles synergies créatrices de valeurs. Et d’avancer. »

 

 

  • Mise à jour le : 13/12/2017

Vos réactions