940 x 90.jpg

  L’AMF publie sa cartographie des risques et des marchés 2019

Par : edicom

L’autorité pointe du doigt la correction des marchés, l’endettement élevé, et la transformation du secteur financier, sur fond de ralentissement économique, d’incertitudes politiques et de taux d’intérêt très bas…

Comme chaque année, l’Autorité des marchés financiers a publié sa cartographie des risques et des marchés, permettant d’analyser l’évolution sur un an des menaces liées à l’actualité économique, financière et réglementaire. Le risque de correction des marchés demeure la principale menace en Europe et aux Etats-Unis, avec des actifs financiers encore souvent survalorisés. Autre danger signalé par l’AMF : le risque d’insolvabilité des acteurs endettés. L’autorité vise notamment la finance à effet de levier qui s’appuie sur des sous-jacents de moindre qualité. Les obligations spéculatives (high yield) et les obligations structurées adossées à des emprunts sont plébiscitées, or elles exposent les investisseurs à des risques accrus. De même, la recherche de rendement a poussé les investisseurs vers des fonds de financement privé, ou des fonds immobiliers, pour lesquels l’AMF appelle à la prudence.

L’autorité constate par ailleurs des difficultés à atteindre certains objectifs initiaux de MIF 2, comme par exemple le rapatriement des volumes négociés de gré à gré vers des plates-formes soumises aux obligations de transparence pré-négociation sur les ordres à l’achat et à la vente. De nouvelles vulnérabilités sont également identifiées : fragmentation des marchés, difficulté à faire émerger une réelle entité de contrôle au niveau européen pour les chambres de compensation…  Et le Brexit rajoute aux incertitudes. A long-terme, le manque de coopération politique internationale pourrait aboutir à une concurrence réglementaire et à des difficultés de supervision. L’AMF déplore enfin les effets indésirables des politiques monétaires ultra accommodantes que s’efforcent de contenir les politiques macro-prudentielles (excès d’endettement, exubérance des prix d’actifs…).

 

  • Mise à jour le : 05/07/2019

Vos réactions