Banniere LBF pour Profession CGP.gif

  Philippe Rochereau (AFIL) : « A quand une concertation avec les acteurs du marché du logement ? »

Par : edicom

Par Philippe Rochereau, président de l’AFIL (Association française de l'immobilier locatif)

Osons le parallèle entre l’actualité sociale de la France et la politique en matière de logement et ses incidences sur le marché de l’immobilier.

Initialement le mouvement des « gilets jaunes » s’est formé pour protester contre la hausse des prix des carburants. Si les ⅔ de la flambée récente du prix à la pompe sont lliés au baril il n’en reste pas moins que les taxes représentent 64 % de celui-ci, et la part revenant à l’écologie est seulement de 7 milliards sur les 34 récoltés chaque année.

Une politique immobilière inefficace...

Depuis bientôt un an le gouvernement adopte ou envisage des réformes immophobes. Celle qui touche le plus directement les conseillers en gestion de patrimoine vise tout simplement  à plafonner la rémunération des distributeurs, dans le but illusoire de baisser les prix de l’immobilier. Depuis quand l’affaiblissement de la distribution bénéficier au consommateur final et non au producteur ?

Plus généralement, alors que le besoin de logements est croissant, le rapport de la Cour des Comptes, CAP 2022, prône la suppression des dispositifs de défiscalisations de type Pinel ou LMNP. Résultat : un marché de la production de logements en recul depuis le début de l’année : -5% entre mai et juillet 2018 et même, -8,9% au niveau des réservations du troisième trimestre

...et opportuniste

Que dit l’amendement n°II-1926, adopté en séance, le 9 novembre dernier ?

L’idée générale est d'appliquer une réduction de type Pinel aux acquéreurs de logements anciens qui engageraient des travaux de réhabilitation dans ceux-ci. A peine dix jours après le drame marseillais,  cette réforme questionne quant à ses motivations réelles. Est-ce une réponse à l’embrasement médiatique ? Probablement. Est-ce la solution au problème de logement en France ? Aucunement ! Il suffit de parcourir la liste des 222 villes concernées par ce dispositif et de la comparer aux zones tendues sur le plan démographique : ce ne sont pas les mêmes communes, Marseille au passage n’en fait pas partie.

A quand une concertation réelle et sérieuse avec les acteurs ?

La distribution d’immobilier neuf dans son ensemble, représentée par l’AFIL, salue de toutes ses forces et souscrit en tous points aux prises de paroles récentes d’Alain Dinin, PDG de Nexity. La semaine dernière, ce dernier pris la parole dans l’ensemble des médias et insisté sur les enjeux du logement au niveau sociétal, générationnel, culturel et bien sûr démographique : la population française augmentera de 10 % d’ici à 2040. Il faut une vision claire en matière de logement pour faire face à ces enjeux. Comme pour le prix du carburant, c’est la fiscalité qui pèse dans le prix de l’immobilier (plus de 50 % sur 10 ans entre l’achat, l’usage et la détention). Si on veut s’attaquer à un problème sérieusement il convient de s’attaquer aux problèmes à leurs sources.

Après une stratégie basée sur le déterminisme, Emmanuel Macron change de stratégie avec le mouvement des gilets jaunes en misant sur la concertation, il est tant de faire de même avec le marché de l’immobilier et ses acteurs, à condition que l’écoute soit sincère.

  • Mise à jour le : 29/11/2018

Vos réactions